Méli-mélo

Pierre Lavoie: mettre la switch à « on »

posted by Paléo Québec novembre 26, 2012 2 Comments
pierre lavoie paléo québec

La semaine dernière je suis allé assister à une conférence de Pierre Lavoie. Pour ceux qui l’ignorent, Pierre Lavoie est ce triathlète d’Ironman qui a déjà remporté 3 titres de tête dans la catégorie « Amateur ». C’est également celui qui est derrière le « Grand Défi Pierre Lavoie » – c’est un projet qui a lieu dans les écoles. Concrètement, à chaque fois que les jeunes font 15 minutes d’activité physique, ils récoltent un « cube énergie ». Les « cube énergie »  de tous les enfants d’une école sont accumulés, et l’école d’une des 17 régions du Québec qui amasse le plus de Cube Énergie va au Stade Olympique lors d’une Grande Récompense. Bonus? Si on embarque les parents, la famille dans nos activités physiques, on augmente notre nombre de Cubes. Vous comprenez que ce système diabolique (ment ingénieux) fait que les enfants et leur famille bougent plus.

J’ai cependant été fasciné par le raisonnement qui a amené Pierre Lavoie à créer cette initiative. Laissez-moi vous faire un bref historique.

Défi Pierre Lavoie

Lui et sa femme viennent de la région du Saguenay-Lac-St-Jean, une région fortement touchée par des maladies génétiques graves. Pierre Lavoie a eu quatre enfants, et deux sont morts d’acido-cétose, une maladie unique à la région. Il est consterné par le manque de ressources du système de santé. Par la bande, il constate que le budget dédié à la santé au Québec est occupé principalement par ce que la plupart des Paléos appellons des « Maladies de la Civilisation » – diabète, hypertension, cancer. Pire, le budget dédié à la santé ne cesse d’augmenter d’année en année. Aujourd’hui, c’est 47% de l’économie québécoise qui est envoyée directement en santé, et on estime une augmentation annuelle de 1-2% de ce chiffre. M. Lavoie raisonne donc : si cet argent est utilisé pour traiter des maladies évitables, évitons la maladie pour libérer de l’argent pour des maladies « orphelines », telles que l’acido-cétose.

La base de son projet n’était même pas d’amasser de l’argent. Le premier coup de publicité qu’il réalisa était une épreuve de 600km de vélo dans sa région, uniquement pour augmenter la conscience sociale du problème. Il fut étonné de constater à quel point la populace avait réagi positivement à ses actions.

Pour utiliser son expression, à partir de ce moment il avait mis la switch à « on ». Son être était focusé vers l’objectif.

Notre objectif

Guillaume et moi avons également un objectif. Pour nous, 47% du budget du Québec dédié à la santé, c’est un chiffre ignoble. Qu’il croisse encore est doublement ignoble. Nous espérons non seulement fournir de l’information francophone à des paléos convertis, mais nous espérons aussi donner un point de départ à des gens qui voudraient adopter le style de vie Paléo. Au niveau micro, changer la vie d’une personne en l’aidant à perdre du poids, par exemple, est une perspective extrêmement gratifiante. Si au niveau macro nous permettons à la société de mieux s’en porter, ce sera encore plus gratifiant pour nous.

Et c’est à travers vous, chers lecteurs, que l’on va y arriver. En suivant un mode de vie paléo, vous êtes des exemples pour vous proches. Le mouvement de fond que voulons créer commence en quelque part, et ce quelque part est ici. En partageant notre page et d’autres pages Paléo, en rendant les ressources Paléo plus visibles, vous donnez de la traction médiatique à notre mouvement.

Mettez la switch à « on ».

Vincent

Articles connexes

2 Comments

Jean-Philippe novembre 26, 2012 at 9:52

C’est fou le peu d’information sur le sujet qui est disponible au Québec sur ce sujet. Je parle de paléo à mon entourage de façon régulière (je m’intéresse au sujet depuis 6mois, j’ai commencé à manger paleo il y a 2 semaines), mais c’est dur d’aller plus loin car certaines personnes n’ont pas les capacités ou les désirs de lire en anglais, ce qui est essentiel pour s’informer paléo/primal/etc. Je n’en reviens pas du clash qu’il y a entre ici et la quantité pas possible de blogues sur le sujet aux USA, sans compter la quantité de livres sur amazon.com. Il faut juste voir les sections top nutrition et healthty living…
Donc oui, y’a un ÉNORME potentiel pour faire connaitre ce mode de vie amélioré à l’ensemble de la population.

Reply
Sébastien décembre 3, 2012 at 9:08

Tout à fait d’accord avec toi J-P. Il y a un manque important d’informations à combler sur le paléo qui gagne à être connu. Le problème c’est qu’au Québec, comme partout ailleurs au Canada je crois, il y a un petit grain de sable dans l’engrenage: le fameux guide alimentaire canadien! Si tu vas voir un spécialiste de la nutrition et que tu abordes le sujet du paléo, tu le places hors de sa zone de confort appris à l’école, ensuite il ouvre un tirroir de son bureau, puis te sorts une belle feuille du guide alimentaire canadien. Du pain et du lait en veux-tu  »en v’la » ..Faut bien faire rouler notre éconimies avec ces deux ressources qui sont indispensable pour notre santé. 😉 C’est ce qu’ils nous répètent! …mais pour ce qui est de la viande et subtituts on dirait que c’est du poison. Dis toi que ce n’est pas le gouvernement qui te fais tes repas, mais bien toit et toi seul. Donc, c’est à nous de faire nos recherche sur le sujet et d’en parler à notre entourage pour faire une différence et qui sait peut-être transformer l’habitude de certains pour le meilleur.

Reply

Leave a Comment