Nutrition

Vitamines liposolubles

posted by Paléo Québec novembre 29, 2012 2 Comments
vitamines paléo québec

L’hiver est arrivé au Québec, et contrairement à nos voisins les ours, nous ne pouvons pas hiberner pendant 6 mois histoire que ça passe. Quoique des fois, je vous avoue que l’idée est très tentante… Et certainement pas parce que la saison d’Occupation Double est terminée! Aujourd’hui on parle des vitamines liposolubles! Note: j’aurais également pu intituler cet article « Pourquoi vous devriez consommer du gras à chaque repas ».

Vitamines

Premièrement, définissons nos termes. Une « Vitamine » est généralement définie comme un composé chimique essentiel à l’organisme que ce dernier est incapable de produire. Ces composés ne répondant toutefois pas aux critères de minéraux / d’acides gras / d’acides aminés. L’acide ascorbique, ou vitamine C, est sans doute l’exemple le plus répandu. « Lipo » fait référence au lipides, bref, les matières grasses. « Soluble » signifie qu’un substrat peut se dissoudre dans l’autre. Bref, une « vitamine liposoluble » est une vitamine qui peut se dissoudre dans le gras.

S’il existe une panoplie de vitamine – A, la famille B, C, D, E, et K – seulement quatre sont liposolubles : A, D, E et K.

Les quatre vitamines liposolubles

La vitamine A (rétinols et carotènes) se retrouvent dans les foies animaux, les légumes orangés (carottes, courges) et certains autres produits (kale, beurre, oeufs). La vitamine A joue un role dans le maintien de la vision, de la transcription génétique et possiblement un role dermatologique.

La vitamine D, ou vitamine-soleil, n’a plus besoin de présentation! Vous prenez possiblement des suppléments de D3 au moment ou vous lisez ces lignes (ou une petite cuillérée d’huile de foie de morue, peut-être? Brossez-vous les dents par exemple, grands dieux!)

La vitamine E est théoriquement un antioxydant. Je dis théoriquement car cette vitamine, que l’on retrouve principalement dans les germes de blés, les huiles de tournesol et de carthame, n’a pas eu une revue de presse scientifique guère favorable, étant associée à des possibles augmentations de risque d’incidence de cancer, d’ostéoporose et n’a aucune influence sur le diabète de type 2. Ce portrait n’est guère reluisant… pourquoi cette molécule est-elle essentielle? Des tests in vitro (cellules isolées, pas un organisme) montrent des effets protecteurs des neurones et un réel effet antioxydant au niveau cellulaire. Peut-être est-ce un effet d’Hormèse?

La vitamine K, présente en abondance dans les légumes verts et feuillus (kale, épinards, laitue). C’est un joueur dans des mécanismes de formation de tissus osseux et la coagulation sanguine. D’avoir le tract intestinal irrité (en mangeant du gluten, peut-être…?) nuirait à l’absorption de vitamine K. La déficience de cette vitamine est associée à des risques pllus élevées de maladies cardiaques coronariennes et d’ostéoporose.

Ces vitamines sont idéalement absorbées dans l’organisme en présence de gras. Pour une personne suivant le régime paléo moyen, dont le repas est généralement constitué de viande-légumes-gras, ce n’est pas un problème. Toutefois, si vous prenez des suppléments alimentaires comme de la vitamine D avec un verre d’eau entre deux repas, votre absorption n’est pas optimale.

Bonnes vitamines!

Vincent

Articles connexes

2 Comments

Mode de vie paléo et grossesse | Paléo Québec mars 18, 2013 at 12:16

[…] connus. On en a présentés quelques un ici (critique vs. Marie-Claude Lortie, point #3), ici (les vitamines liposolubles) peut-être pas directement, mais au moins de manière superficielle. On comprend très rapidement […]

Reply
L’aliment du futur? | Paléo Québec septembre 9, 2013 at 4:30

[…] que certains composés moléculaires agissent en synergie – des fois pour le meilleur (les lipides et les vitamines A, D, E et K) mais des fois pour le pire (les phytates contenus dans certains grains, certaines légumineuses et […]

Reply

Leave a Comment