Mythes

Montée de lait du matin: la fertilité

posted by Paléo Québec octobre 22, 2013 0 comments
fertilité paléo québec

Mon horaire variable (des fois de jour, des fois de soir) fait que j’ai plus ou moins le temps de lire, et de commenter des articles. Une de mes erreurs fondamentales est de lire des articles de « santé » de journaux grand public, comme La Presse. Cet article donne « 6 trucs nutritionnels pour booster la fertilité« . Les 6 trucs sont les suivants :

Réduire sa consommation d’aliments à forte teneur en acides gras trans et saturés tout en préférant les acides gras mono-insaturés, comme les avocats et l’huile d’olive.

Il nous est impossible de défendre les gras trans : les huiles hydrogénées sont le fruit du démon. Les gras saturés, toutefois, vraiment? Les gras saturés sont associés à des aliments de haute densité nutritionnelle (viande, noix de coco), et n’ont pas d’impact sur la santé cardiovasculaire. À savoir Est-ce que les auteurs spéculent que l’athérosclérose supposée à la consommation de graisses saturées sont liées à une baisse de libido et de fertilité? Le lien me semble faible. Au contraire, faire un bébé nécessite beaucoup de calories, et je ne vois pas en quoi se priver de nutriments de haute qualité aideraient la cause des futures mamans.

Moins consommer de protéines animales et ajouter plus de protéines végétales à son alimentation.

Encore une fois, c’est probablement du à la croyance que la viande rouge c’est le mal incarné. (In-carné, la catchez-vous?) Je ne vois pas pourquoi on remplacerait des protéines animales par des végétales, qui sont de qualité moins au niveau nutritionnel (plus faible absorption des nutriments, profil d’acides aminés parfois incomplet). Une autre raison de se méfier d’une protéine végétale en particulier, le soya, est son contenu en isoflavones : des molécules « imitant » l’oestrogène, l’hormone sexuelle féminine. Une étude animale indique que des rats ont vu leurs testicules et leur densité de spermatozoïdes diminuer lors de la consommations d’isoflavones de soya. Une étude chez des humains affirme que la différente entre 3 groupes d’hommes de 25 ans n’ont pas de différence significative entre les groupes consommation de la protéine de lait, une faible dose d’isoflavones et une forte dose, mais regardez comme les résultats sont comiques :

Parameter MPI (n = 32) Low-iso SPI (n = 31 a ) High-iso SPI (n = 25 b )
Sperm concentration (million/mL)
Day 1 93.7 (69.0, 127.2) 91.8 (66.3, 127.3) 116.7 (89.6, 152.2)
Day 57 85.6 (60.5, 121.1) 84.8 (57.5, 124.9) 92.8 (61.7, 139.5)
Sperm count (million)
Day 1 259.8 (169.3, 398.7) 287.1 (198.9, 414.5) 330.3 (243.2, 448.5)
Day 57 254.7 (176.4, 367.6) 242.3 (148.5, 395.2) 265.1 (159.2, 441.4)

Si les résultats ne sont pas significatifs, ils sont quand même impressionnants… on compte une baisse de 330 à 265 millions de spermatozoides non significative chez les hommes prenant de forte doses d’isoflavones et le groupe prenant la protéine de lait passe de 259,8 à 254,7 millions et ça n’est pas significatif. J’imagine que les marges d’erreurs jouent pour beaucoup… Toutefois, je ne considèrerais pas les protéines d’origine végétale comme des sources optimales!

Consommez des fibres (céréales complètes, fruits et légumes).

Si on se fie à cet auteur, cité sur le blogue de Mark Sisson, Le Dr Kellogg à l’origine des céréales pour déjeuner était un puritain qui détestait le sexe. Il avait remarqué que la malnutrition entraînait comme symptômes un déficit de libido – or, manger beaucoup de fibres insolubles peut inhiber l’absorption des nutriments. Je me répète : faire un bébé prend des calories et des nutriments. En vous gavant de « All-Bran », vous pourriez vous même vous empêcher d’en absorber le maximum.

Attention, je n’ai pas dit de pas en manger… je vous ai dit de ne pas vous en gaver.

Incorporez plus de fer provenant de sources végétales comme les légumineuses, le tofu, les noix, les graines et les céréales complètes.

À part le fait que le fer provenant de ces sources est peu absorbable, je n’y vois pas de problème. Soyons sérieux – les meilleurs sources de fer demeurent la viande.

Préférez les produits laitiers au lait entier que ceux allégés.

Une étude provenant de l’université d’Harvard avait montré que les femmes qui consommaient plus de deux portions quotidiennes de produits laitiers allégés étaient plus susceptibles (à 85%) de souffrir de stérilité du fait de troubles ovulatoires, que celles qui consommaient ce genre de produits moins d’une fois par semaine.

Ah, ça, ça a plus d’allure. Mark Sisson vante les mérites de produits laitiers provenant de bétail nourri à l’herbe. Ces produits sont riches en vitamines et en calories, plus encore que nos variétés pasteurisées trouvées en magasins. Certaines tribus africaines gavaient litéralement leur femmes de produits laitiers lorsqu’elles voulaient concevoir!

Prenez régulièrement des cocktails de vitamines adaptées aux femmes.

Si vous consommez une diète nord-américaine standard et que vous avez de la difficulté à obtenir la dose minimale de chaque nutriment tel que stimulé par les signes de % à l’endos de vos paquets de biscuits, je comprends que vous deviez prendre un paquet de vitamines. En privilégiant des aliments plus complets à la base, les vitamines s’avèrent notamment moins nécessaires!

Que privilégier alors? Le foie est la multi-vitamine de la nature. Les oeufs, spécialement les jaunes, sont également riches en vitamines et minéraux. N’oubliez surtout pas de consommer des poissons, riches en oméga-3, qui sont essentiels pour le développement du bébé!

Vincent

Articles connexes

Leave a Comment