Méli-mélo

L’ennemi #1 du paléo

posted by Paléo Québec octobre 28, 2014 4 Comments
ennemi paléo québec

L’ennemi numéro 1 du paléo, c’est son nom et la joyeuse image de chasseur-cueilleur qu’il évoque. C’est du nom que viennent la majorité des mauvais arguments contre, en plus des excès de zèle des gens qui sont obsédés par « est-ce que c’est paléo? » Aujourd’hui je clarifie quelques concepts et je m’attaque à plusieurs arguments bizarres contre le paléo.

Résumé de l’article

  • Certains ont une fixation sur l’image du chasseur-cueilleur et utilisent l’argument idiot que vu qu’on ne peut pas vivre EXACTEMENT comme des chasseurs-cueilleurs, le concept de se fier sur la biologie de l’évolution tombe complètement à l’eau.
  • Certains ont une fixation sur l’image du chasseur-cueilleur et vont faire un excès de zèle en refusant systématiquement ce qui est moderne, même ce qui est clairement positif.
Ennemi Paléo Québec

Mais tu ne peux pas manger du mammouth voyons! LOL!

Le problème du nom

Le premier truc que le nom « paléo » évoque pour les gens est l’image d’hommes des cavernes. Ce n’est pas nécessairement un problème, parce qu’il est très facile de faire comprendre le concept aux gens en disant « mange comme un chasseur-cueilleur, mais certains prennent le concept beaucoup trop au pied de la lettre.

Une partie de la (mauvaise) présentation TedX anti-paléo de Christina Warriner qu’on se fait envoyer de temps en temps est basée sur « ils veulent vivre comme des chasseurs-cueilleurs, mais les animaux et les végétaux qu’on mange ne sont plus EXACTEMENT les mêmes qu’autrefois ». Nous sommes absolument d’accord avec l’idée que les choses ont changé! Personne ne met en doute qu’énormément de choses ont changé dans l’environnement des humains depuis qu’ils se promènent sur terre. Nous sommes tellement tellement efficaces pour chasser que nous avons, aidés de changements climatiques, systématiquement éliminé les grands mammifères des territoires que nous avons conquis. Les fruits et légumes ont été sélectionnés sur des milliers de générations pour être plus faciles à faire pousser, pour être plus gros ou même plus sucrés.

ennemi paléo québec

Légumes tirés de la moutarde sauvage: le Kohlrabi, le Chou-Fleur, le Brocoli, le Chou et le Kale. La prochaine fois que quelqu’un amène comme argument « manger de la viande de nos jours c’est mal parce que les animaux ont changé depuis qu’on était chasseurs-cueilleurs », pensez à cette image.

Cependant, utiliser l’argument du changement pour dire « on ne peut pas vivre EXACTEMENT comme les chasseurs-cueilleurs, donc le paléo ce n’est pas valable » reste fortement idiot. Le but est de tendre vers un environnement qui va nous rendre le plus en santé, pas de faire une reproduction exacte. Certains critiques essaient de dire que si on ne peut pas faire 100% paléo, alors ça doit être 0%, comme si vu qu’on ne peut pas avoir l’environnement parfait, le principe au complet ne tient pas.

  • Haha regarde cet inculte qui veut une fenêtre à son bureau. Il ne sait pas que ce n’est pas EXACTEMENT comme être dehors au soleil? Il devrait rester dans un bunker en béton avec seulement des lumières artificielles.
  • Les fruits et les légumes ont changé depuis 200 000 ans, regarde l’imbécile qui mange une pomme à la place d’une Snickers!
  • Haha il a acheté une lampe UV pour que son lézard ne meure pas de carence en vitamine D aussi. Qu’est-ce qu’il espère, qu’améliorer l’environnement de son lézard pour qu’il tende vers son environnement naturel** va le rendre plus en santé? Quel nul.

** C’est marrant, dès qu’on applique le concept derrière le paléo pour les animaux, ce n’est plus de l’hérésie, c’est du gros bon sens.

Plus l’écart entre les humains et leur environnement naturel va augmenter, plus ils vont être obèses, diabétiques, faibles, pleins d’acné et tout le tralala. Qu’est-ce qu’on fait pour avoir une idée de l’environnement naturel d’un être humain? On regarde des êtres humains sauvages. Qu’est-ce qu’on fait si on veut que nos humains soient moins malades? On réduit l’écart du mieux qu’on peut entre leur environnement actuel et leur environnement sauvage. C’est l’idée derrière le paléo. Le nom vient du fait que ça fait une belle image et que les gens répondent très bien aux histoires. Comme mentionné plus haut, « Mange comme un homme des cavernes » ça fait punch et ça explique les choses assez vite. « Suis un mode de vie basé sur le réaménagement de l’environnement des humains en fonction des principes de la biologie de l’évolution » c’est moins facile d’approche.

ennemi paléo québec

Ton chou-fleur t’a menti, mange-moi. MANGE-MOI!

Le problème des excès de zèle

Un des autres problèmes amené par le nom et l’image est que certains se fient seulement à « Est-ce que les hommes des cavernes le faisaient? » pour les guider. J’aimerais que ça soit aussi simple, parce que je pourrais facilement l’utiliser comme argument pour taper un paquet de gens avec un gros bâton en bois, mais ça ne l’est pas.

Quand je prends un organisme vivant X, je sais qu’il risque d’être le plus à l’aise dans son environnement d’origine, mais je ne sais jamais exactement si l’introduction d’un nouvel élément dans son environnement va avoir un effet positif ou négatif. Les pythons ne ne pas natifs de la Floride, mais depuis qu’ils ont été introduits dans les Everglades, ils s’amusent comme des cochons dans un trou de bouette, ou même des cochons au Texas. L’exemple le plus flagrant est que quand les êtres humains ont commencé à manger de la viande, la taille de leur cerveau a explosé. Note qu’on peut quand même voir des principes généraux: lancer un tas de requins dans le Sahara risque peu de leur être bénéfique.

Autrement dit, notre environnement ancestral nous donne d’excellentes pistes sur ce que ça nous prend pour être en santé (viande, fruits et légumes, du soleil, des amis, …), mais tout ce qu’on peut dire de la technologie ou la nourriture néolithique (produits céréaliers et produits laitiers), c’est qu’ils sont potentiellement négatifs, neutres ou positifs. Le paléo me permet d’identifier les suspects, mais j’ai besoin de faire des tests avant de pouvoir confirmer quoi que ce soit. Les produits céréaliers semblent être généralement négatifs pour la santé (neutres dans le meilleur des cas). Les produits laitiers peuvent être un plus ou un moins selon notre génétique. Le sucre raffiné et les huiles végétales transformées sont les enfants de Lucifer. Les vélos sont un net positif et rendent tous ceux qui les utilisent pour se déplacer instantanément cools. Certains aspects de la médecine moderne peuvent nous sauver la vie et d’autres, comme les vaccins, nous rendre autistes (JE BLAGUE JE BLAGUE!!!!).

Vous allez à l’épicerie et les pizzas congelées sont en spécial? Passez votre tour. Votre grand-mère tombe et se fracture une hanche? Utilisez votre cellulaire et amenez-la à l’hopital au plus vite dans une ambulance. Quelquefois, c’est bon la technologie!

Conclusion

En conclusion, le nom « paléo » c’est un nom qui ne sert qu’à illustrer un concept général. Ça ne veut pas dire qu’on veut tout refaire comme des chasseurs-cueilleurs, seulement qu’on cherche un point de repère dans le fouillis total qu’est la science moderne sur la nutrition et la santé.

ennemi paléo québec

Ton clown favori te dit « Mange selon le guide alimentaire et mange moins de cholestérol, c’est basé sur de la science solide »

Guillaume, co-auteur du blogue « Réaménagement de l’environnement des humains en fonction des principes de la biologie de l’évolution Québec »

Articles connexes

4 Comments

trainingforboston octobre 28, 2014 at 8:45

Je suis un de ceux qui vous l’avait envoyé la vidéo de Tedx. À la fin de la conférence, elle dit que plusieurs éléments du mode de vie paléo sont exacts, dont la quasi absence de sucre et de gluten. Un exemple : une boisson gazeuse, c’est l’équivalent de 8,5 pieds de cannes à sucre. Je trouvais que c’était convaincant. Manger 8 pieds de canne à sucre, ça doit prendre pas mal plus de temps que de boire une boisson gazeuse.

Reply
Franck octobre 29, 2014 at 6:43

En plus de la santé le mode de vie paleo a un autre avantage non négligeable pour tout ceux qui veulent limiter leur impact sur l environnement. En n achetant plus que mes produits au marché, je n ai plus aucun emballage et les seuls déchets sont les parties de legumes qui me servent pour du compost;)

Reply
Rafale #34 : Prévention du cancer des intestins, l’hyperglycémie c’est le mal | Paléo Québec novembre 15, 2014 at 8:39

[…] un peu de visibilité – mais, comme l’a si bien dit Guillaume dans un article récent, « le pire ennemi de la diète paléo, c’est son nom« . Les nutritionnistes interviewées pour l’article rouspètent encore qu’il est impossible […]

Reply
Embrasser l’incertitude | Paléo Québec décembre 23, 2014 at 10:18

[…] courantes du paléo est qu’il y a beaucoup d’incertitudes. On ne sait pas exactement ce que les chasseurs-cueilleurs mangeaient, ça changeait selon les régions du monde et les choses ont changé depuis. Ces incertitudes sont […]

Reply

Leave a Comment