Maladies chroniques

Mes bilans sanguins

posted by Paléo Québec janvier 25, 2016 1 Comment
bilans paléo québec


Un des problèmes avec le paléo, c’est qu’on ne sait pas toujours ce qui fonctionne ou non. Certains changements sont combinés avec d’autres et certains résultats prennent des mois avant d’apparaître. Idéalement, je vivrais aux États-Unis et je paierais à chaque mois pour avoir une prise de sang avec des bilans clairs et plein de paramètres intéressants, comme mes niveaux de vitamine D ou de testostérone. Ça me permettrait de voir les effets des changements d’habitude de vie que je fais. Malheureusement, au Québec, ça prend une prescription du médecin pour faire une prise de sang et ils acceptent rarement les tests d’extra parce qu’on est curieux. Surtout avec les gens de 29 ans en bonne santé.

Pour éviter de trainer dans les cliniques d’urgence pour supplier les médecins de me piquer l’avant-bras, je participe de temps en temps à des études cliniques. La raison principale est que je trouve ça vraiment intéressant d’être un cobaye, mais un des bénéfices joyeux est que les études font souvent des tests sanguins, et il est possible de demander les résultats.

Dernièrement j’ai publié une affiche pour une étude sur les suppléments en omégas 3 et la mémoire. J’y participe en ce moment et je viens tout juste d’avoir les résultats sanguins de début d’étude. J’ai aussi des résultats de tests sanguins de 2007 , 2009 (pré-paléo!!!) et 2011, d’une autre étude. Je vais comparer tout ça dans cet article!

L’étude est encore en cours en ce moment (janvier 2016), mais il y a 50% de chances que les suppléments soient un placebo d’huïle de maïs/soya. J’ai pris le risque, mais ce n’est pas pour tout le monde.

Données dans un test sanguin typique

CRP. Protéine C-Réactive. Un marqueur d’inflammation. Un résultat élevé indique une infection ou une maladie chronique (cancer lymphatique, arthrite rhumatoïde, …).

CT. Cholestérol total dans le sang. C’est une donnée intéressante (voir image plus bas), mais deux personnes avec le même cholestérol total peuvent avoir des profils de risque radicalement différent, selon leurs niveaux de triglycérides, HDL, … (voir points plus bas).

EXTRA: Cholestérol total et mortalité

bilans paléo québec

Image: mortalité à cause de problèmes cardiaques selon les niveaux de cholestérol total dans le sang. Indice: plus notre cholestérol total est haut, plus on risque de faire une crise cardiaque.

 

Les résultats sur le graphique sont clairs, on veut le cholestérol total le plus bas possible, c’est bien ça? ERREUR. C’est un problème classique dans les études sur la santé: on ne regarde qu’une partie du tableau. Il faut toujours regarder la mortalité totale.

Le cholestérol a des fonctions très importantes dans le corps. Regardons ce qui se passe quand on regarde le tableau en entier.

bilans paléo québec

Image: résultats combinés de 18 méta-analyses sur la mortalité totale et le cholestérol total

Lignes: mauve = hommes -60 ans, gris = hommes 50-60 ans, rose = femmes -50 ans

Carré jaune de gauche: Néoplasme (croissance anormale de nouveaux tissus, comme un cancer), AVC, accidents et suicides

Carré jaune de droite: crises cardiaques.

Résultats: oui, les risques de mortalité sont élevés avec un cholestérol total élevé à cause des risques augmentés de crise cardiaque, mais les risques de mortalité totale sont aussi plus élevés pour les gens avec un taux de cholestérol total trop bas. Apparemment, le cholestérol est presque chaque cellule du corps pour une raison, pas juste pour décorer. Il y a un niveau optimal de cholestérol total, on ne peut pas seulement dire « plus bas c’est mieux! ».

Données dans un test sanguin typique, SUITE

Triglycérides. Molécules de gras transportées dans le sang (dans les chylomicrons). Un niveau élevé est un signe de problèmes métaboliques (le corps n’arrive pas à les stocker/brûler assez vite) et un très fort prédicteur de maladies chroniques.

C-HDL. C pour cholestérol. HDL veut dire « High density lipoprotein ». Les « lipoprotéines à haute densité » servent à transporter les molécules de gras dans le corps et à les ramener au foie (elles ramassent les déchets). Quand on mesure le Cholestérol-HDL, on mesure la quantité de cholestérol dans les lipoprotéines à haute densité. Un haut niveau de HDL est associé à moins de maladies chroniques.

C-LDL. C pour cholestérol. LDL veut dire « Low density lipoprotein ». Les « lipoprotéines à basse densité » transportent les molécules de gras dans le corps. Quand on mesure le Cholestérol-LDL, on mesure la quantité de cholestérol dans les lipoprotéines à basse densité. Un haut niveau de cholestérol LDL est associé à plus de maladies chroniques. Un hic par contre: le nombre de particules de LDL est important pour déterminer les risques pour la santé. Petites particules nombreuses: ça va mal. Grosses particules peu nombreuses: ça va bien.

Note sur le C-LDL: Il n’est pas mesuré. Il est calculé avec la formule C-LDL = CT – C-HDL – Triglycerides/2.19 chez quelqu’un avec des niveaux normaux. Je n’ai pas non plus pu avoir accès au nombre de particules, donc impossible de savoir le type de LDL que j’ai.

Rapport CT/C-HDL: Rapport entre le cholestérol total et le cholestérol HDL. Le cholestérol HDL forme une partie du cholestérol total, donc un chiffre bas dans le rapport indique une bonne proportion de cholestérol HDL. On retient que bas = mieux.

Glucose à jeun. Le corps veut maintenir un certain niveau de sucre dans le sang. Trop bas et les cellules qui se nourrissent de glucose ont de la difficulté à fonctionner. Comme certaines de ces cellules appartiennent à des organes importants (comme… le cerveau), le corps a des mécanismes pour éviter que le glucose ne tombe trop bas, comme relâcher du glycogène du foie, ou nous donner faim pour qu’on mange plus. Un niveau trop haut (à long terme) de glucose dans le sang et on peut s’attendre à voir des dommages cellulaires. Être diabétique est le facteur de risque #1 pour la cécité (dommages cellulaires dans les vaisseaux sanguins des yeux = on devient aveugle), les problèmes de rein, les amputations (dommages dans les vaisseaux sanguins des jambes), les crises cardiaques et quelques autres.

Qu’est-ce qui fait que le glucose à jeun de qqn est trop élevé? De la résistance à l’insuline. L’insuline du corps n’est plus assez efficace pour stocker le glucose dans les tissus et il reste pris dans le sang. On veut des niveaux entre 3.3 et 5.5 mmol/L à jeun chez quelqu’un en santé. Chez un diabétique qui se contrôle mal, ces niveaux peuvent monter au-dessus de 20. À ce stade, le corps va chercher à éliminer le glucose par tous les moyens, dont par l’urine. C’est pour cette raison qu’historiquement, les médecins goûtaient l’urine des malades soupçonnés d’être diabétiques pour voir si elle était sucrée.

Autres résultats: selon les études, j’ai des résultats additionnels. (ALT, AST, Créatinine, GGT, TSH, Adiponectine, …). Je ne les expliquerai pas en détails, mais le tableau général est: tout fonctionne très bien. Le foie va bien, les reins vont bien, la thyroïde va bien, je peux dormir sur mes deux oreilles.

Les résultats

L’idéal selon le petit papier avec mes résultats de test sanguin et selon quelques sites internet*: CRP très bas (en-dessous de 1.0 mg/L), CT < 5mmol/L , Triglycérides <= 1.7, C-HDL >= 1.05mmol/L, C-LDL < 3.4mmol/L, Rapport CT/C-HDL < 4.11

* Les recommandations changent selon les sources, le sexe, l’âge ou les facteurs de risque de maladies cardiaques.

Sans plus tarder, mes résultats. Je ne mettrai pas les unités partout, ça devient encombrant vite.

Test de septembre 2007: je suis pré-paléo, généralement en bonne santé. IMC de 22.5

CRP = 0.329, CT = 4.24, Triglycérides = 0.53, C-HDL = 1.30, C-LDL = 2.70, Rapport CT/C-HDL = 3.26, glucose à jeun = 4.46

Test de septembre 2009: 6 mois avant le paléo, généralement en bonne santé. IMC de 23.4 (en 2008 j’ai pris de la masse musculaire et mon IMC est monté à 25.1, mais je l’ai perdue progressivement pendant les 3 années suivantes quand j’ai fait plus de course, plus de jiu-jitsu et moins de musculation)

CRP = 0.07, CT = 4.19, Triglycérides = 0.93, C-HDL = 1.31, C-LDL = 2.46, Rapport CT/C-HDL = 3.20, glucose à jeun = 4.80

Test de septembre 2011: 2-3 ans de paléo, en bonne santé, IMC de 22.1. Poids plus bas que je ne le voulais à cause d’un gros volume de jiu-jitsu.

CRP = non-disponible, Triglycérides = 0.36, CT = 5.44, C-HDL = 1.97, C-LDL = 3.31, Rapport CT/C-HDL = 2.76, glucose à jeun = 4.60

Test de janvier 2016: 6-7 ans de paléo, en bonne santé, IMC de 23.3 (poids que je maintiens maintenant depuis 3-4 ans).

CRP = <3.0 (pas plus de précisions, mais je n’ai clairement pas d’inflammation chronique ou d’infection), CT = 5.34, Triglycérides = 0.52, C-HDL = 1.87, C-LDL = 3.23, Rapport CT/C-HDL = 2.9, glucose à jeun = 5.3

Regroupés sous forme de tableau

 

Screen Shot 2016-01-25 at 4.03.23 PM

 

Interprétation des résultats

Idéalement les tests auraient tous été faits en septembre. Même si je suis actif toute l’année et généralement sage pendant les vacances des Fêtes (comparativement à certains), je suis quand même à mon pic de forme physique à la fin de l’été. Reste que les résultats de 2016 sont très similaires aux autres. Je devrais avoir d’autres résultats en juin prochain, on verra rendu là. Mon poids a varié un peu à travers les années, mais s’est graduellement stabilisé (entre 165 et 168lbs à jeun). J’ai toujours gardé un tour de taille idéal et un taux de gras relativement bas. Les changements dans mon alimentation ont l’air d’avoir plus influencé mon profil métabolique que mes variations (légères) de poids.

Certains paramètre changent peu. CRP et triglycérides sont relativement constants et indiquent une bonne santé. Le glucose à jeun est plus élevé en 2016, mais vu que mes triglycérides sont super bas, je soupçonne que c’est dû à l’exercice physique intense que j’ai fait avant le test (le foie libère du glycogène). J’ai fait 20 minutes de vélo à -20 degrés Celsius pour me rendre au centre de recherches, qui est en haut d’une longue pente comme Sherbrooke en compte tant.

Le gros changement est entre la période pré paléo 2007-2009 et la période post paléo 2011-2016. Mon cholestérol total a nettement monté quand j’ai commencé le paléo et ce changement s’est maintenu. C’est le seul de mes paramètres sanguins qui n’est pas dans la zone « idéale ». Ça ne m’inquiète pas une miette, parce que mon rapport CT/C-HDL s’est amélioré, ce qui indique que l’augmentation du cholestérol total vient surtout du C-HDL (typiquement appelé le « bon » cholestérol), et mes triglycérides sont parfaits. J’ai aussi des mesures de sensibilité à l’insuline pour 2007, 2009 et 2011. Ma sensibilité à l’insuline a nettement augmenté en 2011, ce qui un très bon signe métaboliquement.

Finalement, des niveaux bas de cholestérol total sont généralement associés à une moins bonne santé mentale. Une méta-analyse de 65 études vient d’ailleurs de montrer que les risques de suicide sont inversement associés aux niveaux de cholestérol total.

bilans paléo québec

Sages paroles de Karadoc

Conclusion

Après 6-7 ans de paléo, j’ai eu droit à un « très beau » de la chercheure quand elle a vu mes résultats sanguins. Je me débrouille encore bien sans T-shirt, ce que je trouve intéressant puisque j’approche 30 ans, âge où la santé de pas mal de gens commence à prendre le bord.

Je fais un suivi dès que j’ai des nouvelles données!

Guillaume

Articles connexes

1 Comment

Résultats de tests, paléo depuis 7 ans + je souffre pour la science - Paléo Québec mai 16, 2017 at 7:01

[…] sur la supplémentation en huile de poisson à laquelle j’ai participé en détails précédemment, donc je vais aller à l’essentiel: j’ai eu accès aux résultats de fin […]

Reply

Leave a Comment