Maladies chroniques

Risques de mortalité

posted by Paléo Québec avril 6, 2016 0 comments
risque mortalité paléo québec

Un des thèmes récurrents dans les médias est la sensationnalisation de certains risques/bénéfices pour la santé. « Le chocolat protège du cancer et des accidents de voiture! ». « Les tomates guérissent la lèpre! ». « La viande de lapin va mettre vos enfants à l’hôpital ». EN LETTRES MAJUSCULES!

J’en ai parlé dans un article récent sur les risques de cancer, il manque souvent la nuance très importante que, même si les risques d’une maladie sont augmentés/réduits, si on ne regarde pas la mortalité totale, on ne peut pas vraiment savoir l’effet final sur la santé. Par exemple, les joueurs de soccer ont probablement 197x plus de chances de se blesser au genou que les gens assis sur leur divan. Conclusion? Le soccer est mauvais pour la santé! Mais il manque une étape. Le risque augmenté de blessures aux genoux se traduit généralement par des réductions énormes des risques de souffrir de maladies chroniques, ce qui fait qu’au final, jouer au soccer est généralement un net positif dans la vie de quelqu’un.

mortalité paléo québec

Évidemment, le shaolin soccer est encore plus positif!

Une étude (article complet ici) est apparue le mois dernier sur les risques de mortalité totale chez 4 groupes de gens: les gros mangeurs de viande (5x+ par semaine), les faibles mangeurs de viande, les mangeurs de poisson seulement et les végétariens/végétaliens. Et les résultats sont très très intéressants!

Risques différents

L’étude est un heureux mélange de résultats très différents et une âme mal intentionnée pourrait tirer un paquet de conclusions malhonnêtes: « Les végétaliens ont plus de problèmes respiratoires! » « Les mangeurs de viande ont plus de cancer! ». Tous techniquement vrais, mais myopes. J’ai tiré un des tableaux de l’article. Voici quelques pistes pour le lire et l’interpréter (désolé pour l’anglais, je vais traduire de mon mieux):

  • La colonne de gauche contient différentes causes de mortalité: les cancers malins (Malignant cancer), maladies circulatoires (circulatory disease), maladies cardiaques (ischemic heart disease), maladies cérébrovasculaires (Cerebrovascular disease), maladies du système respiratoire (diseases of the respiratory system) et toutes causes confondues (All cause).
  • Chaque maladie de la colonne de gauche est divisée en deux: une selon les risques de morts seulement (Basic) et une où les risques sont corrigés pour l’Indice de Masse Corporelle (IMC) des victimes (+BMI)
  • Les catégories de mangeurs, de gauche à droite: mangeurs de viande réguliers (Regular meat eaters), mangeurs faibles de viande (Low meat eaters), mangeurs de poisson (Fish eaters), végétariens (Vegetarians) et végétaliens (Vegans)
  • Le n est le nombre de gens dans chaque catégorie
  • Le HR (à droite du n) représente le risque de mourir d’une maladie. Le groupe de mangeurs de viande réguliers est pris comme référence, donc il est toujours à 1.00. Un HR plus élevé (par exemple 1.14) indique plus de risques de mourir de la maladie que le groupe de mangeurs de viande réguliers. Un HR moins élevé (par exemple, 0.85) indique moins de risques.
  • Pour la signification du P-het^2, je vais vous donner l’explication que j’ai tirée d’un ami sur Facebook (merci Mathieu Fradet): « C’est la valeur P pour un test d’hétérogénicité. En gros, c’est un test du Chi-carré ayant été appliqué afin de déterminer s’il existe au moins un régime présentant un résultat clinique différent des autres. Si le P-het est inférieur à 0,05 on peut dire qu’au moins un des régimes présente un résultat clinique différent des autres (de manière statistiquement significative) pour la cause de mortalité étudiée sur cette ligne du tableau. Le test est appliqué à toutes les rangées du graphique. Il faut donc faire attention car appliquer le test un nombre répété de fois augmente considérablement le risque d’obtenir un résultat faussement significatif (erreur de type I ou alpha).« 
  • Pour la signification du P-het^2, en version simplifiée: si le chiffre est plus bas que 0.05, ça veut dire que le résultat n’est probablement pas dû à la chance et que la différence est réelle. Dans le tableau si bas, si vous regardez sur la ligne des maladies cérébrovasculaires, vous pouvez voir que le P-het^2 est de 0.023 (0.033 après correction pour l’IMC), ce qui veut dire qu’il y a une différence significative entre les groupes (dans ce cas-ci, les végétaliens en souffrent plus).

mortalité paléo québec

Résultat final

LA ligne du tableau qui nous intéresse le plus est celle tout en bas du tableau, sur la mortalité toutes causes confondues. Il n’y a aucune différence entre les catégories pour la mortalité totale. Après correction pour l’IMC, le P-het^2 est de 0.11, donc non significatif, donc pas de différence entre les groupes. Pendant que les végétaliens rient du cancer du pancréas (ils sont si méchants!) des mangeurs de viande, ceux-ci rient (une autre bande de pas fins) des végétaliens qui tombent comme des mouches à cause de pneumonies.

Ça m’amène à ma position actuelle sur le végétarisme: je ne m’en fais pas avec ma consommation de viande, parce qu’ultimement, je ne vois pas dans les études que c’est l’élément qui fait la différence. Ça me nuit pour certains aspects, mais ça m’aide pour d’autres. En général, la consommation de produits transformés semble nettement pire pour la santé, viande ou pas.

Conclusion

Une autre touche de subtilité à ajouter à votre vision du monde de la nutrition. Quand vous entendez parler d’aliments qui guérissent ou provoquent certaines maladies, cherchez à découvrir ce qu’ils font pour la mortalité totale, vous allez avoir une meilleure idée du tableau!

Guillaume

 

Articles connexes

Leave a Comment