Maladies chroniques

Le diabète de type 2: réveille-toi pinotte, ta maison est en feu!

posted by Paléo Québec mars 18, 2017 2 Comments

Bonne semaine à tous!

Récemment, j’ai entendu une histoire typique de gens avec le diabète de type 2 (DT2). « Bien sûr que je vais prendre un morceau de gateau, je prendrai plus de médicaments, ce n’est pas grave ».

Rendu où j’en suis, ça me fait rire un peu. Ça me fait penser au dessin du chien assis dans sa maison en feu qui est aussi zen que le Dalaï Lama.

Je vais aller droit au but: un diagnostic de diabète de type 2, c’est horrible. La maison est en feu, et elle est en feu depuis longtemps. Elle va s’écrouler bientôt et ça va faire mal.

Diabète de type 2 maison brûle paléo québec

« Tout va bien. »

Diabète de type 2, cossé ça?

Je vais garder ça court. Ceux qui veulent une plus longue lecture peuvent aller directement à la fin de l’article, où j’ai copié un extrait de mon mémoire de maîtrise sur les 5 stades du développement du DT2.

  • Le corps maintient le sucre sanguin dans un intervalle précis, environ entre 4.0 et 5.0-5.5 mmol/L à jeun chez quelqu’un en santé. Plus bas que ça et on manque d’énergie et on a de la difficulté à se concentrer. Vraiment plus bas et on peut tomber dans le coma et mourir. Les valeurs exactes varient selon les sources, mais généralement, entre 5.5 et 7.0 mmol/L à jeun on parle de pré-diabète. On peut voir des niveaux au-dessus de 20 mmol/L chez des diabétiques non contrôlés.
  • L’hormone responsable d’empêcher que le sucre sanguin ne monte trop haut est l’insuline, une hormone maîtresse (essentielle, super importante). Elle est produite par le pancréas.
  • Dans le diabète de type 1, une réaction auto-immune (le corps s’attaque lui-même) a amené une destruction des cellules pancréatiques. Il en reste tellement peu (ou pas) que si la personne ne s’en injecte pas de l’insuline périodiquement, elle meurt assez rapidement.
  • Dans le diabète de type 2, le pancréas produit encore de l’insuline (au début), mais le corps devient résistant à l’insuline avec le temps. Comme l’insuline est de moins en moins efficace, le pancréas doit en produire de plus en plus, jusqu’au moment où il s’épuise et n’arrive plus à en produire comme avant. Le glucose sanguin se retrouve hors de contrôle.

J’ai le diabète de type 2, ça veut dire quoi?

Diabète de type 2 panique paléo québec

Ça veut dire ça

Je ne blague même pas avec Bob l’Éponge qui panique. Le diabète de type 2 est le facteur de risque #1 pour…

  • Les crises cardiaques.
  • La cécité (devenir aveugle).
  • Les amputations.
  • Les problèmes de reins.

Quand le sucre sanguin est systématiquement trop élevé, un des phénomènes observés est une accumulation de dommages dans les petits vaisseaux sanguins. Petits vaisseaux sanguins qu’on retrouve dans les yeux, les pieds, les mains, les reins, le coeur, … Il y a même des indices qui laissent penser que l’Alzheimer’s pourrait être une manifestation de problèmes similaires dans le cerveau. Le diabète de type 2 détruit tranquillement le corps. Si vous voulez vous couper l’appétit, allez voir des photos de pieds de diabétiques. C’est raide.

Le hic, le gros hic, c’est que les dommages prennent quelques années à se manifester. « Voyons, ce n’est pas si pire le diabète, je ne m’en rends même pas compte, je veux profiter de la vie! ». 10-15 ans plus tard, on se retrouve avec des aveugles et des amputés, quand ils ne sont pas morts d’un arrêt cardiaque. Et ils n’ont rien vu venir, parce que les problèmes se développent lentement. Ils ont perdu 20-30 and de leur vie et les années qui leur restent sont gâchées par une qualité de vie qui a pris un coup de pelle dans la tronche.

Et les services de santé, eux?

Il y a de bonnes chances que les services de santé vous aident un peu avec des médicaments, mais généralement, le message va être « bah, le DT2, ça se contrôle, mais ça va empirer, désolé ». Il y a 2 grosses raisons derrière ça:

Raison 1: il est pratiquement impossible de faire changer les habitudes de vie des gens. Après un certain temps, un paquet de professionnels de la santé commencent à se dire « ils n’arrêteront pas de se gaver la fraise de boissons gazeuses et de jus, aussi bien leur donner des pilules et leur brocher l’estomac ». Ça peut sembler cynique, mais j’ai vu assez de gens avec des catheters en train de fumer devant l’urgence de l’hôpital pour sympathiser avec cette attitude.

Raison 2: il y a beaucoup d’inertie dans le système, beaucoup de méthodes sont dépassées. Une personne diagnostiquée avec le DT2 risque de se faire dire de faire attention aux gras saturés et de manger plus de glucides complexes. « Le sucre, c’est de l’énergie! ». On se retrouve donc avec deux populations. Une qui n’applique pas les conseils et qui reste diabétique, et une autre qui applique les conseils et… reste diabétique parce que ce sont des conseils débiles et dépassés. Dans les deux cas, le problème semble sans solution.

On s’amuse: il y a quelques mois une photo d’un repas pour diabétique dans un hôpital du Québec a fait le tour de l’internet.

hôpital Diabète de type 2 paléo québec

Un « expert » a élaboré ce menu. Et il devait être tout fier en plus.

Spécial diabète pour quelqu’un qui gère mal ses glucides! Lait écrémé, grains de maïs bouillis, pain, plus de pain, sauce brune louche, une poignée de raisins. 114% de glucides, peu/pas de protéines, peu/pas de gras. Si jamais j’ai un cochon à engraisser, c’est exactement ce que je vais lui faire manger.

nutritionniste Diabète de type 2 paléo québec

Un nutritionniste d’hôpital avec une belle tête de vainqueur

Je fais quoi alors?

Un diagnostic de diabète de type 2, c’est un message simple: le corps est incapable de supporter le mode de vie de la personne. Il est en train de lâcher.

Si vous avez personnellement reçu un diagnostic de diabète de type 2, je vous dirais… pas de panique. À première vue, il semble qu’on ne puisse rien faire pour régler le problème, mais quand on lit entre les lignes, on voit que le problème n’est pas le DT2 lui-même. C’est plutôt, comme mentionné plus haut, l’incapacité des gens à changer leurs habitudes de vie. Les exemples abondent: quand les gens corrigent leurs habitudes de vie, surtout quand ils le font tôt, le DT2 peut carrément disparaître, et même très rapidement (quelques mois).

Les habitudes à mettre en place sont:

  • Marche. Marche. Plus de marche. Après les repas, avant de se coucher, pour aller à l’épicerie, pour se détendre. Marche, marche, MARCHE. Et de la randonnée de temps en temps, question d’admirer les écureuils.
  • Un bon volume de mouvement. N’importe quelle activité physique que vous êtes capable de faire confortablement, idéalement à tous les jours. Le vélo reste un outil magique pour équilibrer sa vie qui permet de rester en super forme et de sauver plein d’argent. Bouger est d’ailleurs essentiel à plusieurs fonctions hormonales et le corps apprécie beaucoup le coup de pouce de l’activité physique pour se débarrasser des excès de sucre.
  • Protéger son sommeil comme une maman ours protège ses petits (férocement). Le manque de sommeil est super efficace pour amener presque instantanément de la résistance à l’insuline, un fléau pour un diabétique déjà très résistant à l’insuline.
  • Une alimentation faible en glucides, surtout dans les premiers mois, quand on veut ramener la sensibilité à l’insuline à un niveau plus sain. Les régimes faibles en glucides sont systématiquement plus efficaces que les régimes faibles en gras pour améliorer le profil métabolique, ce qui est exactement ce que vous cherchez à faire. Pas besoin de viser un régime cétogénique, à moins d’être vraiment motivé.
  • JAMAIS de sucre liquide. Remplacez les boissons gazeuses par de l’eau pétillante et le jus de fruits par… rien.

Si vous connaissez quelqu’un proche de vous qui a reçu un diagnostic de diabète de type 2, bonne chance. Très peu de gens sont vraiment capables de changer. Pensez à amener la personne avec vous pour marcher de temps en temps et à lui partager 2-3 recettes savoureuses, mais… préparez-vous surtout à ce qu’elle s’obstine à continuer comme avant et vive dans le déni. Le vrai défi est de se réconcilier émotionnellement avec la frustration de voir des gens qu’on aime dépérir d’un problème qui se règle en quelques mois sans pouvoir rien faire.

Conclusion

Deux messages à retenir:

  • On ne blague pas avec le diabète de type 2, ça détruit la qualité de vie de millions de personnes et ça coûte une beurrée au système.
  • Même s’il semble impossible à vaincre, il peut être très facilement vaincu, à condition que les gens changent leurs habitudes de vie.

Wow je viens de me rendre compte que j’ai écrit cet article en plein milieu du temps des sucres. Oups.

Guillaume

BONUS: 5 stades de développement du DT2

Une évolution en cinq stades menant au diabète de type 2 a été proposée pour la résistance à l’insuline par Weir et Bonner-Weir (Weir, Bonner-Weir 2004).

Le premier stade correspond à une adaptation normale du corps à l’augmentation des taux de glucose sanguin par une augmentation du nombre de cellules bêta et peut-être également de leur hypertrophie.

Dans le stade 2, qui correspond à des niveaux de glucose sanguin entre 5.0 et 6.5 mmol/L à jeun, les cellules bêta ne peuvent déjà plus répondre adéquatement aux besoin du corps, puisque les niveaux de glucose restent constamment au-dessus de 5.0 mmol/L, même s’ils sont stables à ce niveau. Chez un participant sain, une perfusion de glucose amène un pic aigu et court des niveaux sanguins d’insuline et, par la suite, un pic plus modéré et plus long. Chez les participants au stade 2, le pic aigu d’insuline disparait et 20 des changements dans le phénotype des cellules bêta sont observés, ce qui n’est pas encore le cas au stade 1.

Le stade 3 est un stade de transition rapide des niveaux de glucose entre 5 et 6.5 mmol/L jusqu’à des niveaux de 16 à 20 mmol/L, le stade 4.

En théorie, le stade 4 est caractérisé par une fonction résiduelle des cellules bêta, ce qui permet aux individus à ce stade de ne pas tomber en acidocétose sévère, le signe caractéristique du stade 5 et du diabète de type 1.

La majorité des participants atteints de diabète de type 2 ne se rendent jamais au stade 5, mais leurs fonctions pancréatiques sont considérablement réduites par rapport à des participants sans diabète.

Articles connexes

2 Comments

On arrête les conneries: la modération n'a PAS meilleur goût - Paléo Québec avril 6, 2017 at 4:07

[…] on est malade ou en surpoids. Diabétique de type 2? Désolé, la malbouffe, le sucre, les cochonneries, c’est terminé. Un problème de santé […]

Reply
L'alzheimer... le diabète de type 3 ? - Paléo Québec avril 18, 2017 at 4:45

[…] On a beaucoup parlé de diabète Guillaume et moi ces dernières semaines. Mon estimé collègue a bien dressé les deux types de diabète dans son article : Le diabète de type 2: réveille-toi pinotte, ta maison est en feu! […]

Reply

Leave a Comment