Habitudes de vie

Inciter les autres au changement

posted by Paléo Québec mai 23, 2017 0 comments
changement paléo québec


Vous connaissez peut-être ce vieux gag qui dit que les filles sortent avec les gars pour les changer (et ils ne changent pas) et les gars sortent avec les filles pour ne pas qu’elles changent (et elles changent). C’est un peu ce dont il est question ici, on parle de changement!

Il y a plusieurs semaines, Guillaume a publié un article sur le diabète et il mentionnait à moment donné que si un de nos proches n’adoptait pas un mode de vie sain et en retirait plein de désavantages au niveau de sa santé, « il faut l’accepter ». Intellectuellement, c’est un concept qui est très simple à comprendre. Émotionnellement, ce ne l’est pas du tout.

Je suis personnellement aux prises avec ce débat interne à tous les jours. Des gens près de moi sont aux prises avec des ennuis de santé importants, et tous mes efforts de rationalisation et de cajolage ne mènent à rien. Pourtant, ne suis-je pas un des auteurs de Paléo Québec, qui lit à n’en plus finir sur la nutrition? Je travaille comme kinésiologue, en activité physique et en prévention?

Nul n’est prophète en son pays, disait l’autre.

La motivation derrière le changement

Souvenez-vous que la motivation provient de deux sources : elle peut venir de soi (intrinsèque) ou des autres (extrinsèque).

La motivation intrinsèque nous anime quand on adopte un comportement sans tenir compte de notre environnement. Si je m’entraîne et je mange paléo, c’est parce que c’est une approche qui me permet de me sentir bien. J’ai une composition corporelle qui me plait.

La motivation extrinsèque tient compte de notre environnement. Si je m’entraîne et je mange paléo, c’est que je travaille dans un gym et je dois avoir l’air de travailler dans un gym… sinon, je n’aurais aucune crédibilité en tant qu’entraîneur!

La motivation intrinsèque n’est pas nécessairement bonne et extrinsèque n’est pas fondamentalement mauvaise. Par exemple, une personne boulimique peut se trouver trop grosse malgré qu’elle se trouve dans un environnement qui la supporte (intrinsèque plus fort que l’extrinsèque). De l’autre côté, un athlète peut être motivé dans les compétitions parce qu’il ne veut pas laisser tomber son équipe ou les supporters, même s’il s’arrêterait bien avant par lui-même (extrinsèque plus fort que l’intrinsèque).

Changer de comportement, quel avantage?

Toutefois, pour commencer à penser à changer un comportement, outre la source de motivation (intrinsèque ou extrinsèque), il faut penser aux effets qu’apportera le comportement, notamment :

À quelle vitesse le nouveau comportement prendra-il effet? Plus c’est rapide, plus le comportement pourra changer.

Quel sera le bénéfice du nouveau comportement? Sera-il grand ou petit? Plus le bénéfice est grand, plus le comportement pourra changer.

Quelle sera la certitude que le nouveau comportement soit efficace? Est-ce que c’est certain qu’un comportement nouveau changement ma vie? Si oui, plus le comportement pourra changer.

Prenez un fumeur qui tente d’arrête de fumer. Vous êtes en train de demander à un fumeur d’arrêter un comportement qui est gratifiant instantanément (le « rush » de nicotine se fait sentir rapidement), qui apporte un bon bénéfice (la sécrétion de dopamine, le neurotransmetteur qui guide la structure de notre comportement, suite à la nicotine) et qui est certain (chaque cigarette apporte un effet similaire).

Arrêter de fumer? Ce n’est pas gratifiant avant quelques semaines, voire des années. Le bénéfice que cela apporte est incertain, spécialement pour quelqu’un qui n’a pas un mode de vie actif – donc la perception de gain de qualité vie n’est pas évident. Alors pourquoi arrêter de fumer si les gains à changer de comportement sont lents, peut-être peu importants et incertains?

Remplacez « cigarette » par « malbouffe », et on se retrouve dans un dilemme similaire.

Mettre les chances de son côté

On peut tenter de supprimer un comportement ou d’en ajouter un. C’est plus facile d’ajouter, ou de transformer un comportement, que d’en supprimer un complètement. Le corps se tue à créer des habitudes car cela permet d’automatiser des processus cognitifs et cela demande moins d’effort mental, alors supprimer une mauvaise habitude bien ancrée n’est pas une stratégie gagnante.

Il n’est cependant pas impossible de supplanter une mauvaise habitude en la remplaçant par quelque chose d’autre!

Si vous voulez aider quelqu’un à changer de comportement, je vous suggère donc de lui donner le choix : si vous voulez améliorer votre sort, quel changements positifs êtes-vous prêt à faire?

Pas prêt à couper dans la malbouffe? Ok. Êtes-vous prêts à chaque repas, à consommer un petit sac de crudités avant de manger de la malbouffe? Pas prêts à couper dans le yogourt? Ok, que diriez-vous de remplacer par un yogourt nature qui est moins faible en gras, moins transformé, quitte à sucrer nous-même? Pas prêt à prendre ton vélo pour aller au travail? Ok, est-ce que vous êtes prêt à débarquer un peu plus tôt pour marcher 5 minutes pour vous rendre au bureau? Vous voyez le genre.

Conclusion

Souvenez-vous que pour un paléo endurci, c’est difficile d’accepter que quelqu’un ne se jette pas à l’eau entièrement, car on a tendance à croire que les bénéfices que l’on retire d’un mode de vie paléo viennent tous ensemble. C’est une zone un peu plus grise que cela : en améliorant la qualité de la nourriture que l’on mange / en augmentant notre quantité d’activité physique, on va observer des bénéfices. Il faut toutefois se rendre à l’évidence : pas tout le monde a la volonté de se lancer corps et âme dans un nouveau mode de vie.

N’oubliez pas de fournir les conditions de succès à ceux que vous aidez : fournissez-leur la motivation extrinsèque dont ils ont besoin, rappelez-leur de la certitude et du bénéfice des changements qu’ils sont en train d’apporter. L’espoir, c’est qu’à long terme, ces nouvelles habitudes supplantent les moins bonnes!

En espérant que cela vous motive à créer de nouvelles bonnes habitudes!

Vincent

 

 

 

 

 

Articles connexes

Leave a Comment