Opinion

« What the health » et autres documentaires douteux

posted by Paléo Québec août 7, 2017 0 comments
what the health paléo québec


Récemment nous avons reçu quelques questions sur le documentaire « What the health ». Je peux comprendre les réactions. Les gens qui ont fait le film ont un agenda clair, beaucoup d’argent et n’hésitent pas à provoquer la peur et le dégoût pour manipuler les gens. Et c’est sur Netflix en plus! On voit un « spécialiste » dire que manger un oeuf est l’équivalent pour la santé de fumer 5 cigarettes et tout d’un coup on a peur d’avoir pris toutes les mauvaises décisions nutritionnelles possibles et d’avoir les artères secrètement bouchées.

Est-ce qu’on a raison de paniquer?

Doutes et biais cognitifs naturels

Il est important de se remettre en question de temps en temps. Personnellement j’ai des doutes sur pas mal tout ce que je fais et je comprends le sentiment de panique quand on voit quelque chose qui contredit tout ce qu’on fait. Et c’est pire quand on connait la façon dont le cerveau humain fonctionne.

Le cerveau humain fonctionne rarement de façon complètement rationnelle, surtout quand il est question de débats qui nous rejoignent personnellement. On a tendance à ignorer les arguments contre nous et travailler fort pour trouver ceux qui supportent notre position. Et encore plus, quand quelque chose nous tient à coeur au niveau émotionnel, notre cerveau va carrément inventer des raisons rationnelles pour que ça devienne vrai.

Quand on combine ça avec les doutes naturels qu’on a déjà, on se sent assez vite comme la personne qui a le plus tort au monde. C’est le cas pour moi de temps en temps.

Après un moment il faut quand même revenir sur terre et examiner nos doutes. Est-ce qu’on doit complètement changer tout ce qu’on fait à chaque fois que quelque chose qui nous fait douter se présente?

Pour ceux qui veulent une déconstruction détaillée du documentaire « What the health », je vous conseille l’article sur le sujet fait par Robb Wolf. Il analyse le documentaire minute par minute et c’est très efficace. Personnellement, je vais attaquer quelques arguments communs et surtout ramener une perspective plus générale sur le sujet.

Subventions gouvernementales pour la viande

Un des arguments qui revient souvent dans les publications vegan est l’argent que le gouvernement (généralement le gouvernement américain) verse aux producteurs de boeuf ou de produits laitiers. Ça me fait généralement sourire un peu parce qu’ils ignorent complètement les subventions sur le maïs et le soya, qui sont encore plus grandes. Ce sont des aliments souvent produits à perte tellement ils sont subventionnés. Le coût devient ridiculement bas, ce qui fait qu’on retrouve du maïs et du soya dans 95% des aliments d’une épicerie. Ce n’est pas pour rien que le sirop de maïs a remplacé le sucre de canne partout. Et au niveau agricole, il est très économique d’engraisser les animaux au maïs et au soya à la place de ce qu’ils devraient manger (comme de l’herbe dans le cas des vaches).

À la place d’attaquer bêtement les subventions sur le boeuf, si les vegans se lançaient contre les subventions sur le maïs, ils rallieraient tout le monde de leur côté. Subventions sur le maïs et le soya coupées = animaux de ferme en meilleure santé + moins de déserts de biodiversité comme les champs de maïs + le coût de la viande retourne à son prix normal + moins de produits transformés pas chers et terribles pour la santé dans les épiceries + augmentation des pratiques de permaculture. C’est le cheval de bataille logique quand nos émotions ne nous aveuglent pas.

Sucre vs viande

Un des gros arguments de « What the health » est que le sucre raffiné est bénin pour la santé et que la viande est le vrai problème. Honnêtement, ça ne fait aucun sens. La réponse que j’ai envie de donner c’est « euh… NON ». J’en ai parlé dans deux articles récents. C’est clairement prouvé, les compagnies de sucre ont acheté des chercheurs très influents pour qu’ils mettent le blâment sur la viande à la place du sucre et qu’ils modifient les résultats de leurs études pour que le sucre semble inoffensif. Et « What the health » est tombé complètement dans le panneau.

J’aime aussi utiliser la bonne vieille logique dans cette situation. Les humains sont omnivores. Ils ont évolué en mangeant des produits animaux (probablement PARCE QU’ils en ont mangé même) et sans sucre ajouté à part un peu de miel de temps en temps. Les produits animaux sont généralement très denses en protéines, gras, vitamines et minéraux essentiels, alors que le sucre n’a RIEN de ça. Mais tout d’un coup la viande et les oeufs sont le problème? Aucun sens.

L’agenda végétalien/vegan

Généralement j’ignore les végétaliens/vegans sur ce blogue. Argumenter avec eux est surtout un moyen de se frustrer en s’engueulant à travers Facebook et d’arriver nulle part et on se rejoint sur certains points. Je suis une ligne directrice paléo parce que je veux être en meilleure santé et je suis un ardent défenseur de plusieurs causes environnementales. Les végétaliens ont le même objectif. Là où nous sommes en désaccord est le meilleur moyen d’atteindre ces objectifs.

Si je les mentionne ici, c’est parce le documentaire « What the health » prétend être un documentaire général sur la santé, alors que c’est clairement un instrument de propagande végétalien. Les « experts » qui parlent sont végétaliens. Les invités célèbres (comme Steve-O ?!?!?!?) sont végétaliens. Certains invités sont des activistes violents du mouvement végétalien. Ça donne un fort biais à leurs arguments.

Une partie du documentaire essaie de faire croire aux gens que les humains sont herbivores/frugivores. C’est aussi valide scientifiquement que le créationisme ou les gens qui croient que la terre est plate. La seule raison pour laquelle quelqu’un veut se lancer dans cette direction est que ses émotions sur le sujet sont tellement fortes qu’il va essayer de plier les faits pour se donner raison. Ça mène quelquefois dans des endroits bizarres.

Se fier à ses résultats

Il est très possible que vous ayez vu le documentaire et que vous vous soyez dit « wow, ça fait du sens, mais je mange paléo, qu’est-ce que je fais maintenant? Comment est-ce que je sais que je fais la bonne chose? »

Et c’est très correct. Quoi faire pour y répondre?

La bonne nouvelle est qu’on peut facilement savoir si ce qu’on fait fonctionne. Et même pas besoin de tests sanguins ou d’être un participant dans des études scientifiques comme je fais de temps en temps, il suffit de regarder des indicateurs de base. On les mentionne souvent, mais un rappel vaut toujours la peine:

  • Énergie au quotidien. Est-ce qu’on se sent mieux?
  • Qualité de la peau et des cheveux. Est-ce que ça s’améliore ou est-ce que ça se dégrade?
  • Poids et composition corporelle. Est-ce qu’on va dans la bonne direction?
  • Bonheur général, motivation, libido même. Ça s’améliore?
  • Si c’est le cas, symptômes de maladies connues, comme les maladies auto-immunes. Des améliorations en vue?

Ça aide à remettre les choses en perspective. « Hmmm, depuis 6 mois sur le paléo j’ai perdu 10lbs, j’ai plus d’énergie quand je me lève le matin, j’ai l’air plus jeune et mes symptômes de fibromyalgie ont diminué. Peut-être que je peux calmer mes doutes un peu. »

Pour les gens qui aiment expérimenter avec des nouvelles choses, ce que j’encourage toujours, faites des tests. Essayez plus de produits animaux. Moins de produits animaux. Pas de produits animaux du tout. Plus d’oeufs et moins de boeuf. Plus de boeuf et moins de poulet. Ou même, si on se fie au documentaire, jouez avec votre consommation de sucre ajouté. Je recommande 0, mais peut-être que j’ai tort.

Plus votre test est long et moins vous changez de variables à la fois, plus vous allez pouvoir isoler ce qui a fait la différence. Utilisez vos doutes comme motivation pour apprendre à vous connaître plus.

Conclusion

Un gros bof pour la propagande de « What the health ». Restez critiques par rapport à ce que vous voyez et n’oubliez pas que vous avez toujours la possibilité de modifier vos habitudes de vie et de voir si les résultats sont bons.

Guillaume

Articles connexes

Leave a Comment