Nutrition

5 aliments paléo que vous ne mangez pas assez

posted by Paléo Québec janvier 12, 2018 0 comments

La semaine passée, mon estimé collègue Guillaume a écrit un article sur « 5 Aliments paléo à éviter ». Les aliments qu’il décrits sont des aliments en apparence paléo, mais de mauvaise qualité. Lorsque l’on commence une diète paléo et que l’on consulte les aliments qui sont « permis » et « non permis », c’est sexy d’apprendre à imiter des repas sans gluten avec du lait de coco, de la farine et noix et de sucres « naturels », mais on oublie vite que « manger paléo », c’est essentiellement manger des choses non transformées. J’ai alors eu l’idée de renverser son article de côté : quels aliments sont très paléos, mais qui sont trop peu consommés par les adhérents à un mode de vie paléo?

Les légumes à feuilles vertes foncées : les épinards, le kale, l’aragula, les feuilles de pissenlit…

Ah, les légumes! C’était le cheval de bataille de nos parents de vous en faire manger plus et c’est notre cheval de bataille à Guillaume et moi. Les épinards, le kale, l’aragula, le chou, les feuilles de pissenlit, les brocolis, les choux de bruxelles sont tout autant de légumes que je mets dans cette catégorie.

Il s’agit bien plus que de simples à-côtés dans une assiette. Les feuillus vert foncés sont :

  • Faibles en calories, mais riches en fibres
  • Riches en vitamines A, C et K et en folate
  • Riches en manganèse, en magnésium et en potassium
  • Riches en anti-oxydants tels que la béta-carotène, la lutéine et la zeaxanthine, qui semblent bénéfiques pour prévenir le cancer et la cécité.

La plupart des gens n’en mangent pas parce la plupart des légumes de cette famille sont amers! Avec un peu de magie en cuisine, vous serez incapable de vous arrêter d’en manger. Voici quelques idées :

  • Intégrez des épinards dans vos smoothies. Ils se déchiquettent bien et ne goûtent pas grand chose.
  • Sautez les légumes dans une poêle avec du tahini (beurre de sésame) et du jus de citron.
  • Sautez les légumes dans une poêle avec des petits morceaux de bacon (le bacon rend tout délicieux).
La choucroute

Un pot de choucroute à base de chou. Vous pouvez également utiliser le chou rouge. Évitez les « Chou! » qui sont criés au Centre Bell.

Mais Vincent, le chou dans la choucroute ça ne ferait pas partie des crucifères, qui sont légumes à feuilles vertes foncées?

Oui, mais non. La choucroute est certainement à base de chou, mais ce dernier a été traité au sel et fermenté pour donner un condiment qui est délicieux pour ceux qui se donnent la peine de s’en faire. Voici quelques « avantages » de la choucroute :

  • Comme la plupart des légumes, c’est pauvre en calories mais riche en fibres (13 calories / 4 g de fibre par 125 mL). Parfait pour couper la faim!
  • Cela contient un peu de vitamines (C, K, folate) et de minéraux (manganèse, vitamine B6).
  • Les choux sont une bonne sources d’anti-oxidants.
  • C’est un aliment probiotique!

On n’a qu’à prononcer le mot « probiotique » et certains vont entendre « pilule miracle ». C’est au goût du jour! Cependant, ni Guillaume ni moi ne croyons à la notion de « superaliment ». C’est une bien meilleure stratégie d’avoir une diète variées et riche en produits non transformés plutôt que de mettre l’accent sur un ou deux aliments prétendument miracles. Il n’en demeure pas moins que l’être humain a côtoyé des bactéries depuis des millénaires, et que la fermentation était le premier moyen de préservation des aliments de la race humaine.

On en sait encore trop peu sur notre flore intestinale (notre « microbiote »), mais certaines souches bactériennes ont des propriétés intéressantes, notamment :

  • De faire compétition à des bactéries néfastes pour nous ;
  • Améliorent les propriétés antioxidantes d’un produits ;
  • Contiennent des enzymes qui favorisent la digestion, mais d’autres aspects de la santé comme le système immunitaire ;
  • Améliore la biodisponibilité des nutriments dans certains aliments.

Si ce qui vous ralentit est de ne pas savoir comment en faire, n’ayez crainte! C’est simple. Voici un petit tutoriel Youtube.

Les abats

On est loin du steak de foie de veau de brasserie!

Qu’est-ce qui répugne plus les enfants qu’une bonne tranche de steak de foie de veau? Pas grand-chose, ce qui me fait dire qu’il y a plusieurs enfants parmi nos lecteurs! Les abats les plus communs sont :

  • Les foies
  • Les reins
  • Les coeurs
  • La cervelle

Un des problèmes des abats est qu’ils sont rarement montrés en épicerie, et même s’ils le sont, peu de gens les achètent car ils ne savent pas vraiment les cuisiner. Pourtant, peu d’aliments peuvent se vanter d’être aussi riches en nutriments que les abats!

80g de foie de veau, par exemple, va contenir 1129% de l’apport quotidien de vitamine A ; 135% de la riboflavine, 53% de la niacine, 37% de la vitamine B6, 66% du folate, 1128% de la vitamine B12, 23% du fer, 37% du phosphore, 60% du zinc, 598% du cuivre et 22% du selenium. 85g de coeur de boeuf contient 61% de l’apport quotidien en riboflavine, 28% de la niacine, 153% de la vitamine B12, 30% du fer, 22% du phosphore, 24% du cuivre, 47% du selenium. C’est vraiment plus performant que du boeuf haché.

À toutes fins pratiques, ce sont des multivitamines naturelles!

En plus, en achetant et en cuisinant des abats, vous contribuez à consommer un animal de la tête à la queue. Mes grand-parents avaient une culture de manger les abats, un peu par goût mais aussi parce qu’ils mangeaient ce qui était disponible en produits animaux. Plutôt que de perdre bêtement la viande d’un animal que l’on a élevé pour le manger, il faut lui rendre honneur et tenter de maximiser son utilisation.

Les poissons et fruits de mer

Des sardines tassées comme… comme… je l’sais tu moé?

Quand on approche d’une poissonnerie de mauvaise qualité, on la sent généralement plus rapidement que l’on la voit. Pourtant, du poisson frais ne sent… rien! Comme une pièce de viande d’un animal terrestre.

La mer regorge d’aliments délicieux que l’on néglige parce que, ne nous le cachons pas, les poissons et fruits de mer peuvent devenir assez dispendieux. Il y a cependant plusieurs avantages à manger des poissons, spécialement des poissons de mer qui sont plus gras : ils sont source de minéraux moins communs comme de l’iode et du sélénium, en acides gras polyinsaturés oméga-3 AED et AHD (qui sont absents de la plupart des sources végétariennes), une des rares sources de vitamine D.

Plusieurs études d’observation ont constaté que les gens consommant plus de poissons gras ont moins de risques de maladies cardiovasculaires, ralentit le déclin cognitif et atténue les symptômes de dépression.

Si vous jugez que le poisson coûte trop cher, que vous avez des soucis écologiques ou encore de santé (par exemple, une crainte d’intoxication au mercure), une poisson réglera tout vos problèmes : la sardine. Ce petit poisson est trop jeune pour accumuler des métaux lourds, est riche en oméga-3, et il s’achète en petites boîtes qui se transportent aisément.

 

Le bouillon

On s’y baignerait!

Entre tempêtes et froids polaires, l’hiver nous frappe de plein fouet au Québec. Côté bouffe, il y a peu de choses aussi réconfortantes qu’une bonne soupe chaude, surtout si elle est à base de bouillon que vous avez préparé vous même!

Il y a déjà trois ans de cela que nous avions écrit un article sur les 5 bienfaits du bouillon, et cet article est tout aussi pertinent aujourd’hui qu’il ne l’était alors. Ces 5 bienfaits sont :

  • Du bouillon est riche en minéraux, spécialement du calcium, du magnésium et du phosphore ;
  • C’est riche en collagène et en acides aminés qui contribuent à la santé articulaire ;
  • Ces mêmes composés sont également bénéfiques pour la peau, les cheveux et les ongles ;
  • Il contribuerait à la guérison d’un intestin perméable ;
  • C’est délicieux.

Faire mijoter ses os de poulet, de dinde, de boeuf ou de porc est un art qui s’est perdu, mais qui n’est vraiment pas compliqué à retrouver.

Si vous avez une mijoteuse, mettez-y vos os et couvrez-les d’eau. Un peu de sel, de poivre, si vous vous sentez d’attaque, vous pourriez même y mettre des légumes que vous avez laissé vieillir dans votre frigo (comme des carottes ou des céleris). Laissez mijoter huit heures – et voilà!

Ce video de Danielle Walker (Against All Grain) montre la procédure avec un Presto (pressure cooker). Elle recommande de régler le Presto à la pression la plus élevée pour le plus longtemps possible, pour avoir le meilleur goût possible.

Sinon, vous pouvez y aller avec la bonne vieille marmite – attention de ne pas faire évaporer toute votre eau!

 

Alors, que pensez-vous de ma liste? Pensez-vous qu’il y a d’autres aliments paléo que les gens négligent?

Vincent

Articles connexes

Leave a Comment