Nutrition

3 contradictions évidentes dans les recommandations nutritionnelles conventionnelles

posted by Paléo Québec février 16, 2018 0 comments
contradictions paléo québec


Je n’ai pas une très haute opinion des recommandations typiques de la nutrition conventionnelle, entre autres parce qu’elles contiennent des contradictions évidentes. Ça me fait rire, donc j’en partage 3 aujourd’hui.

Contradiction évidente 1: écoute ta faim! Mais déjeune même si tu n’as pas faim parce que c’est le repas le plus important de la journée.

N’importe qui avec deux cennes de jugement va être d’accord que suivre sa faim est généralement un bon concept. Je crois généralement que c’est inutile de le rappeler si souvent aux gens (c’est l’équivalent de dire à un alcoolique d’écouter plus sa soif pour arrêter de boire), mais ça reste valide.

Le truc bizarre avec les nutritionnistes, c’est l’obsession avec le déjeuner. L’importance cruciale de déjeuner est maintenant ancrée comme pilier d’une bonne alimentation dans l’imaginaire collectif. Que ça soit une invention des compagnies de céréales à déjeuner et que les études ne supportent pas l’idée que c’est vrai n’empêchent pas le mythe de rester fort. À chaque session j’ai beaucoup d’étudiants qui se mettent le défi de déjeuner plus souvent. Leur obstacle #1 est simple: ils n’ont pas faim le matin. S’ils demandaient au nutritionniste moyen quoi faire, ils se feraient dire de manger un petit quelque chose quand même, parce que la mort attend au détour tous ceux qui ne mangent rien avant 9 heures le matin. Quelqu’un d’autre qui voit un manque de logique ici?

Si vous avez toujours peur de ne pas déjeuner, rassurez-vous, les effets du jeûne sont de plus en plus étudiés et c’est non seulement sécuritaire, c’est même bénéfique au niveau métabolique quand c’est bien fait. Pas faim le matin? Mangez plus tard. Faim le matin? Mangez. Si quelqu’un vous dit de déjeuner le matin parce que c’est important, demandez-lui s’il considère aussi qu’écouter sa faim est important. S’il vous dit de déjeuner même si vous n’avez pas faim, demandez l’opinion d’une personne un peu plus allumée.

Note générale: »écoute ta faim » peut être risqué quand on parle d’aliments transformés. La crème-glacée industrielle et les Doritos sont industriellement conçus pour ne jamais combler la faim de quelqu’un. À l’inverse, dans certains cas précis, certaines personnes peuvent avoir intérêt à se forcer à manger. Ça reste rare.

Le déjeuner, le PLUS important des repas! Ce conseil vous est gentiment donné par Les Flocons Givrés de Krusty. Seul le sucre contient plus de sucre!

Contradiction évidente 2: ne coupe pas les produits céréaliers parce que couper un groupe alimentaire c’est mal! Mais être végétarien c’est ok!

Un des arguments principaux contre le paléo qu’on entend de la nutrition conventionnelle est qu’il est dangereux de couper des groupes alimentaires. »Ne coupe pas les produits céréaliers, tu pourrais avoir des carences de nutriments essentiels! » Quand on parle de végétarisme par contre, c’est le gros double standard. »Oh aucun problème avec ça, tu peux aller chercher tes nutriments ailleurs! »

Le comble dans cette contradiction est qu’on coupe beaucoup plus de sources riches en vitamines et minéraux en coupant les produits animaux qu’en coupant les produits céréaliers. Le maïs et le riz blanc sont à peu près aussi riches en nutriments essentiels que le carton. La seule raison pourquoi beaucoup de produits céréaliers contiennent quoi que ce soit de nutritif est qu’ils sont enrichis artificiellement.

Parallèle: pour écrire l’article j’ai exploré un peu les recommandations de notre bon gouvernement canadien. Je vais vous résumer le contenu extrêmement scientifique et extrêmement à jour: LE GRAS C’EST MAL. J’essaie de ne pas être trop cynique, donc je vais simplement dire que leur obsession malsaine avec le gras est comique. Ce qu’on remarque en parcourant le contenu du lien, c’est que le gouvernement canadien aussi n’a aucune considération pour le fait que les produits animaux (souvent riches en gras) sont très riches en nutriments essentiels. Mieux vaut prendre des aliments transformés enrichis à la place!

Un extrait révélateur: Le Guide alimentaire canadien recommande de boire chaque jour du lait faible en matières grasses (écrémé, 1 % M.G. ou 2 % M.G.). La teneur en lipides des autres produits laitiers varie considérablement. Le fait de boire du lait plus faible en matières grasses est un moyen efficace d’obtenir des protéines, du calcium, du magnésium, de la riboflavine, de la vitamine A, de la vitamine B12, de la vitamine D et du zinc tout en réduisant au maximum les quantités de lipides saturés et de calories.

On peut utiliser des boissons de soya enrichies pour remplacer le lait. Celles-ci renferment des vitamines et minéraux ajoutés qui en font des substituts adéquats sur le plan nutritionnel. Il faut toutefois vérifier la présence du mot « enrichi » sur les étiquettes lorsqu’on achète des boissons de soya.

Il faut boire 500 mL (2 tasses) de lait chaque jour puisqu’il s’agit de la principale source alimentaire de vitamine D. Le lait vendu au Canada (liquide, évaporé ou en poudre) est enrichi de vitamine D. Les boissons de soya portant le mot « enrichi » sur l’emballage renferment aussi de la vitamine D. On retrouve également cet élément nutritif dans d’autres aliments, tels que les poissons gras, les huiles de poisson, la margarine et le jaune d’oeuf. Le lait utilisé dans la fabrication des autres produits laitiers (comme le yogourt et le fromage) n’est pas obligatoirement enrichi de vitamine D. C’est pourquoi les yogourts et fromages peuvent ou non être des sources de vitamine D.

Aucun problème à couper les produits animaux si c’est à cause d’une phobie irrationnelle du gras ou pour du végétarisme. Compenser les carences avec des aliments transformés enrichis qui te tueraient à petit feu sous leur forme naturelle c’est la chose à faire! Et une approche paléo c’est idiot parce que ça te demande de peut-être couper/réduire le groupe alimentaire le moins nourrissant de tous. Ok mon champion, ok.

Contradiction évidente 3: évite cet aliment parce qu’il donne le cancer. Ah non laisse faire il protège aussi du cancer.

On entend souvent parler d’aliments qui protègent du cancer. Ou donnent le cancer. Souvent, on parle des mêmes aliments. J’utilise souvent l’image ci-dessous parce qu’elle illustre bien le problème. Le pire, c’est que je doute de sa validité. Est-ce que les études ont toutes la même valeur? Est-ce que le »boeuf » compté dans les études est du pepperoni ou du steak? Est-ce que le maïs contient plus de pesticides que d’amidon? On ne sait pas.

cancer études contradictions paléo québec

De haut en bas: vin, tomates, thé, lait, oeufs, maïs, café, beurre, boeuf. Point rouge à gauche de la ligne = protège du cancer. Point rouge à droite de la ligne = cause le cancer. Euh… je mange quoi moi?

Le jury n’a pas encore rendu son verdict dans le dossier des aliments et des risques de cancer. Il est encore impossible de démêler tous les facteurs qui entrent en jeu dans l’équation. Est-ce que les aliments ont des pesticides? Quels pesticides? Est-ce qu’ils ont été consommés après avoir été cueillis ou est-ce qu’ils ont été conservés artificiellement pendant des mois? Est-ce qu’ils ont été cuits? Comment? Est-ce qu’ils ont été mangés avec d’autres aliments? Est-ce que l’étude a été faite avec des questionnaires alimentaires vagues ou un suivi plus strict? Est-ce que l’étude a été effectuée sur des cellules ou sur des êtres humains? Sur combien de temps? ET, plus que tout, est-ce qu’on assiste à une classique situation de trade-off, où un aliment protège de quelque chose et augmente les risques de souffrir d’autre chose?

Ce n’est pas dans cet article que vous allez savoir définitivement si les tomates causent le cancer. La raison pour laquelle j’ai mentionné la contradiction est qu’on n’entend jamais parler des trous dans la science de la part des autorités. À en croire le gouvernement canadien, tous leurs conseils sont basés sur de la science solide et l’ont toujours été. Des recommandations nutritionnelles ont été faites pour des millions de personnes, souvent avec des conséquences désastreuses, à partir d’informations incomplètes et généralement fortement influencées par des lobbys alimentaires très forts. Si vous croyez que ça n’arrivait que dans le passé et que c’est terminé en 2018, j’ai un pont à vous vendre pour pas cher.

Conclusion

Pousse, mais pousse égal, comme y disent. Je ne blâme pas certaines personnes d’abandonner devant le flot d’informations contradictoires sur la nutrition qu’ils reçoivent continuellement. C’est, entre autres, ce qui m’a mené vers la biologie de l’évolution comme cadre. Je vous souhaite de trouver un cadre logique de votre côté aussi!

Guillaume

Articles connexes

Leave a Comment