Exercice

Paléo Québec révèle… LE sport le plus COMPLET!

posted by Paléo Québec juin 18, 2018 0 comments
chat complet piscine paléo québec

Un des volets intéressants de mon emploi au cégep est que j’ai l’occasion de voir quel mythes sur la santé restent encore dans l’inconscient collectif. « Je vais manger moins d’oeufs parce que le cholestérol ça donne des crises cardiaques » revient pas mal souvent considérant que l’année 1985 est loin derrière nous. Un des mythes qui refusent de disparaître est la notion de sport « complet ». Ça revient souvent pour la natation (barboter sur le ventre c’est complet?!?!?), mais de temps en temps j’entends ça pour le ski de fond ou pour un sport louche.

Mais mais mais… ma NATATION!

Je vais sûrement m’attirer l’ire des barboteux, mais bon, on y va: la natation c’est aussi complet que… n’importe quelle autre activité. « Mais ça travaille tout! » : Voyons voir. Marcher ça travaille les jambes, les stabilisateurs du tronc et les bras quand ils swingent. Tiens ça travaille tout aussi. Même chose pour lancer des frisbees. Ou faire du ski nautique. Pas mal les mêmes muscles sont impliqués à différents degrés d’activation et d’amplitude.

Est-ce que la natation peut être un bon outil pour rester en santé? Possiblement. Mais ça ne ferait pas partie de mon top 20 des activités les plus « complètes ». Déjà, à vue de nez, le waterpolo est plus complet parce qu’il implique des mouvements pour attraper et lancer et que les joueurs ne se déplacent pas seulement en ligne droite. Wooops.

C’est quoi le sport le plus complet alors?

Si la nage vient de tomber de son piédestal,  quel est le sport qui prend sa place? Honnêtement, n’importe quoi, tant que vous en faites souvent et que ça vous amuse. La majorité des gens ne bougent pas assez dans la journée, donc plus que pas grand chose c’est déjà un bon point de départ!

Si vous avez l’esprit un peu analytique et que vous voulez quand même viser un sport plus complet, vous avez une piste de solution: cherchez la variété et la complexité. Même s’il n’y a pas un sport qui détient officiellement le titre du plus complet, plus vous ajoutez de variété et de complexité, plus vous allez dans la bonne direction. Courir sur un tapis roulant? Gros bof. Courir dehors? Bof. Courir en sentiers? Uh, ça s’améliore beaucoup. Courir dans tous les sens après un ballon pendant une partie de soccer? OUI.

Dites-vous que si une activité a plus de changements de vitesse, de changements de direction, de changements d’environnement, de changement d’angles dans les articulations et de concepts stratégiques qu’une autre activité, elle tend à être plus complète . Comparaison facile: je placerais le vélo de montagne au-dessus du vélo de route dans l’échelle de la complétion.

Attends un peu mon Guillaume, ma natation là… c’est SANS IMPACTS! C’est bien, non?

J’en suis encore à démêler les études sur la densité osseuse et l’activité physique, mais pour l’instant on va garder ça simple avec un gros: ça dépend. Un des bienfaits incroyables de l’activité physique est qu’elle aide à renforcer les tendons, les ligaments et les os. C’est clé pour une bonne santé. Le hic, c’est que les activités n’ont pas toutes le même effet sur notre beau squelette. Les activités avec une lourde charge et des impacts sont nettement meilleures que les autres pour gagner de la masse osseuse, par exemple. Les activités sans charge supplémentaire et sans impact n’ont pas les mêmes bénéfices.

Un nageur aguerri a généralement la même densité osseuse qu’une patate de divan parce que, malgré tous ses efforts, il est en situation d’apesanteur partielle, qu’il n’a pas de charge externe à soulever et qu’il ne vit jamais d’impacts. Même chose pour les cyclistes de route. J’ai eu une discussion très intéressante pendant un covoiturage avec une physiothérapeute qui disait traiter des nageuses synchronisées de 18-20 ans avec des problèmes d’ostéoporose. Malgré leurs 2-4 heures par jour dans l’eau à faire du sport intense, elles perdaient de la masse osseuse de façon pathologique. Note: des problèmes de malnutrition sont aussi à considérer dans ce cas.

Est-ce que ça veut dire que l’apesanteur et le manque d’impacts sont automatiquement un problème? Absolument pas.

Pas d’impacts et gravité réduite: ça peut être payant

En partant, si vous aimez nager et faire du vélo, faites-en. La vie est courte, aussi bien s’amuser. Sinon, certaines clientèles particulières ont intérêt à réduire les impacts et à se laisser flotter un peu.

  • Les gens en surpoids. Pour beaucoup de gens, se remettre en forme et perdre du poids ça veut dire se mettre à faire du jogging. Souvent, ça dure jusqu’à ce qu’un genou ou un tibia fasse trop mal pour continuer.  La nage et le vélo offrent une excellente occasion de bénéficier de l’activité physique sans compromettre ses cartilages.
  • Les gens blessés. Beaucoup de blessures musculo-squelettiques guérissent mieux quand on bouge. On veut quand même faire des mouvement contrôlés et progressifs. Faire quelques longueurs de piscine risque d’être nettement plus efficace que d’aller faire une partie de rugby pour que notre genou guérisse mieux.
  • Les gens à risque de chutes. Généralement les gens plus âgés. En diminuant les impacts et la gravité, on diminue les risques de se fracturer quelque chose en tombant. C’est à double tranchant par contre, parce que ce sont aussi des populations à risque d’ostéoporose.

Pour les gens qui veulent tranquillement réintroduire des activités avec plus d’intensité, la musculation est une excellente porte d’entrée vers une meilleure santé musculo-squelettique. La corde à danser est aussi une excellente introduction aux impacts de la course à pied. Je l’utiliserais pour transitionner du vélo à la course, par exemple.

Les sports les MOINS complets

Si on classe les sports en termes de variété et de complexité, on peut aussi voir que certains ne performent pas aussi bien que les autres. L’exemple le plus clair qui me vient en tête est le spinning. Oui, on travaille fort, oui, le coeur pompe, mais… c’est pas mal tout. On reste assis, le relief ne change pas, on ne fait pas de mouvements latéraux, la liste de ce qu’on ne fait pas est longue. Est-ce que c’est mieux que rien? Clairement. Mais ça reste une option très très pauvre au niveau moteur. Pour une personne qui a un travail de bureau et qui reste assise une bonne partie de la journée, j’essaierais d’éviter les sports qu’on pratique aussi en position assise.

Si on aime le spinning, aucun problème. On peut continuer à en faire. Et à la place de faire des trucs bizarres comme des push-ups sur notre vélo (ça me rend toujours perplexe de voir les gens faire ça), on peut simplement réduire le spinning et ajouter une activité différente à notre calendrier de temps en temps. Un mix spinning-randonnée-yoga va avoir nettement plus de bénéfices pour la santé que spinning-spinning-spinning.

Le tapis roulant mérite une mention avec le spinning, parce qu’il est clairement aussi incomplet. On marche/court en ligne droite seulement sur une surface complètement plane et le mouvement du tapis amène les muscles des jambes à moins travailler que d’habitude. Mieux que rien, mais encore une fois, très pauvre. On va souvent entendre « oui c’est pauvre, mais la météo dehors n’est pas idéale! » comme justification pour rester sur le tapis roulant. Changement de mentalité à avoir ici (ça va sûrement être un article complet dans le futur): on veut sortir dehors PARCE QUE la météo est mauvaise. Ça développe la résilience et j’ai une forte intuition que c’est excellent pour la santé. Il pleut? Il fait -20C? Parfait! Ça fait partie de l’entraînement.

Qu’est-ce qu’on fait à la place du tapis roulant? On marche/court dehors. Dans la pluie, dans la neige, quand il fait chaud. On court en sentiers. De temps en temps on marche avec un sac lesté. On court après un frisbee. On varie les paramètres de pratique le plus possible. Pour le même niveau d’effort physique, les bénéfices pour la santé vont être plus grands et on va s’amuser plus.

Conclusion

Quand on parle d’activité physique, la base est de pratiquer des activités qu’on aime faire. Ensuite, si on veut avoir un profil d’activités plus complet, on vise une grande diversité et une grande complexité motrice. C’est un excellent moyen de rester en meilleure santé à long terme!

Guillaume

Articles connexes

Leave a Comment