Exercice

Les technologie d’entraînement portable : pas au point

posted by Paléo Québec octobre 29, 2018 0 comments

Bonjour, groupe! La technologie d’entraînement portable comme les montres-bracelet qui estiment la dépense énergétique quotidienne devient de plus en plus populaire. La montre devient un objet à la mode – après tout, le sport et être en forme, c’est chic!

Toutefois, ces montres-bracelet remplissent-elles leur promesses?

La technologie des montres de type « Fitbit » vs montres de type « Polar »

La plupart des montres estimant la fréquence cardiaque et la dépense énergétique évaluent la fréquence cardiaque à l’aide de photopléthysmographie¸(PPG) – concrètement, utiliser la lumière pour vérifier la variation de débit sanguin dans certaines artères. Si votre montre est dotée d’une bracelet pour le torse, il s’agit d’une montre qui fonctionne à l’aide d’un électrocardiogramme (ECG). Comme son nom l’indique, l’ECG fonctionne à l’aide des ondes électriques générées lors des battements cardiaques.

Traditionnellement, le PPG est utilisé dans des situations ou le corps humain est au repos, où les mesures sont généralement plus stables (pour toujours analyse le même réseau sanguin et minimiser le « bruit » dans les mesures). Elles sont toutefois plus faciles à prendre, avec un équipement plus restreint.

Une étude a chercher à comparer à l’effort si des montres Fitbit et Polar donnaient des résultats similaires. En situation de fréquence cardiaque relativement élevée (autour de 160 battements par minute), la Fitbit donnait un résultat inférieur de 5 battements à la Polar.

Montre Fitbit (PPG)

Montre Polar + bracelet de torse (ECG)

Qu’en est-il de la dépense énergétique?

Considérant la variabilité des individus, des sports et des activités non liées à l’exercice qu’il pratiquent (comme un travail physique, marcher, effectuer les tâches ménagères), on peut imaginer que les montres auront une lourde tâche mathématique d’estimer la dépense calorique à partir de battements cardiaques… dont elles s’acquittent malheureusement très mal.

Cette étude a tenté de vérifier de nombreux modèles de montres de poignet (PPG) dans différentes conditions standardisées (marche, vélo ergocycle), qui ont des dépenses énergétiques relativement bien estimée grâce à des années de recherche. Résultat : les montres avaient des marges d’erreurs de 27 à 92%, selon les modèles!

Certaines limitations s’appliquent aux montres : l’âge, le poids, la taille, la couleur de la peau et le niveau de conditionnement physique ont toutes une influence sur le résultat des montres.

J’ai fait 7 milles de lavage selon ma Fitbit que j’ai mise dans la machine à laver par accident.

Mais… est-ce que ça change le comportement des gens?

Si on porte une montre-bracelet, est-ce que ça aide à perdre du poids? Certaines études ont l’air encourageantes. Chez des étudiants d’université, le fait d’avoir un « fitbit » augmente le nombre de pas d’environ 1100 par jour, en moyenne. Chez des femmes en surpoids, cela augmente le niveau d’activité physique et le nombre de pas.

La question se pose… est-ce que c’est si grave que ça que la précision soit ordinaire si des comportements favorisant la santé sont encouragés?

J’imagine que la réponse dépend de votre niveau d’attentes.

Pour un athlète ou même un « weekend warrior » qui a visées un peu plus sérieuses d’entraînement et qui ne manque pas de motivation, les montre-bracelet PPG ne semblent pas être un choix très judicieux. La précision des bracelets-cardiofréquencemètres, combinés à leur capacité à extraire des données plus intéressantes comme la variabilité de fréquence cardiaque, semble plus indiquée.

Pour quelqu’un qui aimerait se forger de bonnes, nouvelles habitudes, une montre de style « Fitbit » semble toutefois un outil intéressant qui peut contribuer à adopter des comportements favorisant la santé.

À vous de voir si cela répond à votre mode de vie!

Vincent

Articles connexes

Leave a Comment