Nutrition

(Lien) : La fertilité

posted by Paléo Québec novembre 9, 2012 1 Comment

Bonjour groupe, ici Vincent pour un article lu à l’externe!

Cet article du site « Ancestral Nutrition » mentionne la nutrition versus la fertilité… spécialement dans un contexte d’alimentation végétarienne. Dans une optique de francisation de l’information, voici un bref résumé traduit des points-clés de l’article.

Version complète (en anglais) ici!

De nombreux nutriments sont essentiels à la conception et au développement du foetus. Ces nutriments sont les suivants :

– Le cholestérol est un précurseur d’hormones stéroïdiennes. C’est une « base » pour la création de ces hormones… un peu comme il existe de la peinture « blanche » dans laquelle on ajoute des tons pour donner une couleur spécifique, le cholestérol est essentiel pour sécréter des hormones. Le cholestérol se retrouve dans les gras animaux et dans les oeufs.
– Les oméga-3 régularise les sécrétions hormonales et promeuvent l’ovulation. Les Oméga-3 se retrouvent principalement dans les poissons sauvages et la viande et oeufs de source pastorale.
– Le vitamine B6 (pyridoxine) régularisent le cycle menstruel, spécialement le moment entre l’ovulation et la menstruation. La phase lutéale, comme elle est appellée, dure typiquement de 11 à 16 jours. Plus elle est courte, plus le risque de fausse couche est élevé. Points bonus car cela régularise également la sécrétion hormonale. La vitamine B6 se retrouve dans le thon sauvage, les foie animaux et le boeuf.
– La vitamine B12 (cobalamine) en quantité insuffisante heurte le système de division et reproduction des cellulles… ce qui n’est pas idéal dans le développement du foetus. La B12 influence également le développement de la paroi utérine. Les rognons animaux contiennent les plus forts taux de B12.
– La vitamine A, qui est la forme active de béta-carotène, est associée à un fluide cervical plus constant, ce qui contribue à la fertilisation des ovules par les spermatozoïdes. Un taux de vitamine A insuffisant serait lié à un plus fort taux de fausses couches. La vitamine A se trouve encore une fois dans les rognons animaux.
– La vitamine D, la fameuse vitamine-soleil, est un précurseur d’hormones sexuelles. Au Québec, vous pouvez oublier son obtention naturelle dès le mois d’Octobre… mais vous pouvez vous en procurer dans les poissons d’eaux froides ou en supplémentation. Les suppléments liquides de vitamine D3 seraient mieux absorbés que les gélules.
– Le fer doit être présent en quantité suffisante dans l’organisme pour concevoir. Si le fer se retrouve en grande quantité dans certains légumes feuillus ou crucifères (épinards, brocolis), ce fer non-hémique est difficilement assimilé par rapport à du fer hémique, de source animale. Ce dernier se retrouve dans la plupart des viandes rouges, mais spécialement dans les rognons.

On a pu voir que de nombreux nutriments se retrouvent aisément dans une diète Paléo, et qu’ils sont difficile à obtenir sur une diète végétarienne. Est-ce que cela signifie qu’un couple végétarien sera incapable d’avoir un enfant? Non. Est-ce qu’ils mettent toutes les chances de leur côté? Pas vraiment…

Si vous tentez de convaincre les gens de tenter le mode de vie Paléo, voilà une autre corde à votre harpe (qui ne manque déjà pas de cordes…!).

Articles connexes

1 Comment

Mode de vie paléo et grossesse | Paléo Québec mars 18, 2013 at 12:16

[…] alimentation n’était pas adéquate. Nous avions déjà écrit brièvement sur le sujet ici (“La Fertilité”), mais c’était un peu plus par rapport à une diète paléo versus une diète végétarienne […]

Reply

Leave a Comment