Habitudes de vie

Le stress, 1ère capsule: qu’est-ce que c’est?

posted by juin 10, 2013 0 comments

La gestion du stress est maintenant considérée comme un élément crucial de l’adoption de bonnes habitudes de vie. C’est un des thèmes que j’aborde dans mes cours de cégep et je ne serais pas surpris d’apprendre que certains enseignants en parlent déjà au primaire. Est-ce que ça en vaut la peine? Est-ce qu’on se stresse pour rien? Quand on parle de stress, de quoi est-ce qu’on parle exactement? Il y a vraiment plusieurs facettes à explorer avec le concept et cette capsule est la première d’une série. Je vais définir quelques concepts clés et amener des idées à explorer plus en détails dans le futur.

Premièrement, de quoi est-ce qu’on parle exactement quand on parle de stress? La définition du stress est relativement vague: c’est la réponse d’une personne à un stresseur, c’est-à-dire une contrainte de son environnement. Un stress peut être physique ou psychologique. Il peut n’être que dans notre tête. Il peut être positif ou négatif. Le stress est essentiel à notre santé, mais peut nous tuer. Je l’avais dit, c’est vague!

Le stress est aussi vu comme un événement qui vient perturber l’homéostasie du corps. L’homéostasie est un état d’équilibre que tout organisme vivant tient à maintenir. Chez les humains, par exemple, le maintien de la température interne à un niveau stable est essentielle au bon fonctionnement de plusieurs phénomènes chimiques vitaux, c’est pourquoi le corps est pourvu de mécanismes pour éviter qu’elle ne monte ou descende trop. On peut porter des pantalons en poil de morse avec un t-shirt de loup  dehors l’été quand il fait 25 degrés celsius et qu’il vente, et avoir les pieds dans un bac d’eau froide, et notre température interne va quand même se maintenir à environ 37 degrés celsius. Il y a plusieurs autres exemple de systèmes où le corps veut maintenir un équilibre, comme le pH sanguin ou le glucose sanguin. À noter qu’il y a une limite à la capacité du corps à maintenir l’homéostasie: si on se tient au pôle Sud en se roulant tout nu dans la neige, on va éventuellement mourir de froid.

Un événement stresseur peut être aigu ou chronique. On parle d’aigu quand c’est un événement de courte durée, et de chronique quand l’événement se maintient pendant une période plus longue que ce que le corps est habitué à supporter. Quand une mauvaise personne avec une moto bruyante roule sur notre rue et dérange notre pause café, on parle d’un stress aigu. Quand on habite à Laval à côté de l’autoroute et qu’on en entend à toutes les 30 secondes, on parle de stress chronique. Le stress chronique est celui dont on entend parler le plus en ce moment,  parce qu’il amène une panoplie d’effets négatifs sur la santé.

Le stress est essentiel à notre vie. Notre corps est une machine faite pour s’adapter aux conditions qui l’entourent… et le stress est le « messager » qui permet cette adaptation. Quand les demandes de son environnement augmentent, elle devient plus forte (ou, malheureusement, vice-versa). Quand on stresse notre corps en levant de la fonte (rawr) au gym, il s’adapte en construisant des muscles plus forts et en devenant plus sexy. On peut donc résister à un plus grand stress (plus de poids) dans le futur. À l’inverse, si on ne fait jamais forcer nos muscles, comme, par exemple, les paresseux astronautes en apesanteur, on perd notre capacité à répondre au stress. Les muscles s’atrophient et les os deviennent moins solides très rapidement. Si Major Tom passe trop de temps dans l’espace, il va avoir de la misère à simplement se tenir debout en revenant sur Terre. Encore une fois, il y a une limite à l’intensité de stress que le corps peut supporter d’un coup. Si je décide de stresser mes muscles en me mettant 2000lbs sur le dos pour faire un squat, c’est probablement le dernier stress que je vais avoir à supporter.

Le stress peut être positif (j’ai gagné une guitare et j’ai enfin eu mon prix Nobel de physique!) ou négatif (j’ai eu un accident d’auto en me rendant à la cérémonie de remise de prix et mon chien est mort en lichant le vernis toxique de la guitare). Qu’il soit l’un ou l’autre, son effet est cumulatif et le corps a quand même une capacité limitée à le gérer. L’échelle de stress de Holmes et Rahe dresse une liste d’événements stresseurs positifs et négatifs communs en ordre d’intensité (notez que  »Mariage » se retrouve particulièrement haut). Quelqu’un peut avoir une année exceptionnelle en terme de succès personnels et souffrir des symptômes du stress chronique.

Ça couvre les bases pour ajourd’hui! Nous allons explorer les différents thèmes plus en profondeur dans de prochaines capsules!

Guillaume

Articles connexes

Leave a Comment