Nutrition

Soylent, l’aliment du futur?

posted by Paléo Québec septembre 9, 2013 4 Comments
soylent paléo québec

Les plus sorteux dans le monde virtuel parmi vous avez peut-être entendu parler du « Soylent », un projet de substitut de repas. Et par « substitut de repas », on ne parle pas des bouteilles de lait fortifié que vous prenez lorsque vous revenez du dentiste incapable de mastiquer, mais bien d’un substitut de TOUS les repas – déjeuner, dîner et souper. Semble-il que le créateur a voulu régler le problème du temps trop grand qu’il passait à préparer et consommer son repas, en plus du temps passé à faire la vaisselle, et qu’une boisson un peu comme un « shake » de protéines répondait à ses besoins. En fait, le objectifs du Soylent sont de :

1) Créer un substitut de repas très abordable ;

2) Créer une source de nutrition qu’il est possible de consommer très rapidement ;

3) Subvenir aux besoins nutritionnels de l’être humain moyen.

Développement du Soylent

Il est présentement développé par un jeune homme appellé Rob Rhinehart, ingénieur logiciel. Je vous vois froncer des sourcils… « Mais quelles sont les compétences d’un ingénieur en matière de nutrition? ». À la base, nulles, avant de s’informer sur le sujet (comme vous le faites, chers lecteurs) et de s’associer à des nutritionnistes et des physiologistes.

Ceux parmi-vous qui avez investi beaucoup de temps dans la pop-culture de la science fiction des années 70 remarqueront que le mot « Soylent » ressemble étrangement au « Soylent Green », un film de science-fiction ou la surpopulation de la Terre force l’humanité à trouver de nouvelles sources de nutrition… et la boisson miracle qui nourrit les êtres humain est faite à base des êtres humains décédés. Ce fut un succès culte et il ne fait pas de doute que la référence n’est pas innocente.

Son but est donc de créer une boisson-repas qui répond à TOUS les besoins nutritionnels. Tour de force, n’est-ce-pas? À l’image suivante, on voit la liste d’ingrédients qui entre dans la composition du Soylent.

Ingrédients du Soylent, provenant du blogue de Tim Ferriss (http://www.fourhourworkweek.com/blog/)

On voit quelques ingrédients pas trop paléos… de la poudre d’avoine, de la protéine de riz et de l’huile de pépins de raisins, entre autres. On constate aussi que les créateurs ont inclus des pilules d’Oméga-3 et des multi-vitamines, deux éléments qui devraient être intégrés dans la recette finale pour que ce soit vraiment un repas complet.

Faisons abstraction du paléo-isme un instant, L’idée n’est-elle pas charmante d’avoir un produit nutritionnellement complet, rapide et peu cher (9$ par jour)?

Ma vision là-dessus

Mon opinion est que c’est improbable d’avoir une « potion unique » qui comblerait les besoins de tous les êtres humains en même temps. On s’entend que les besoins nutritionnels d’un jeune homme de 16 ans et d’un culturiste de 220 livres ne sont pas équivalents et ne sont pas proportionnels à la livre près. Que dire des femmes enceintes, des diabétiques, des gens souffrant de maladies immunitaires, pour ne nommer que ceux-là? Dans leur cas, on ne parle pas de besoins en glucides / lipides / protéines différents mais également d’autres nutriments.

De plus, je trouve présomptueuse l’affirmation du concepteur de dire « J’ai analysé les besoins nutritionnels du corps humain, et j’ai inclus 100% de la valeur recommandée dans mon produit ». D’une part, savons-nous VRAIMENT tout ce que nous devrions savoir sur la nutrition humaine? Absolument pas – la Nutrition avec un grand N est une science jeune et chaudement débattue, les coups de canon se tirant à travers les courants végétariens, paléos, faibles en glucides, faibles en gras, riches en protéines, faibles en calories. Ces valeurs nutritionnelles sont peut-être incomplètes, les demandes réelles du corps étant possiblement plus faible ou plus élevées. Par exemple, les chercheurs ont établi des « quantités » à partir desquelles vous n’êtes pas en carence alimentaire. Mais est-ce qu’un surplus de ces vitamines ou minéraux sont nécessairement néfastes?

Rappelons également que certains composés moléculaires agissent en synergie – des fois pour le meilleur (les lipides et les vitamines A, D, E et K) mais des fois pour le pire (les phytates contenus dans certains grains, certaines légumineuses et les noix empêchent le corps de métaboliser les minéraux. De plus, les polyphénols dans le thé vert et le chocolat noir inhibent l’absorption de fer). Avoir UNE boisson me semble alors un défi majeur d’ingénierie.

Sauver du temps

Une autre affirmation du concepteur est que la consommation de Soylent permettrait de couper le temps « perdu » à manger. Je ne sais pas pour vu, mais J’ADORE le temps passé à manger, à expérimenter des saveurs et des textures, et à partager ce moment avec des gens. Une des raisons probables qui explique notre taux élevé d’obésité est notre relation dysfonctionnelle avec la nourriture, nos liens affectifs avec et sa surabondance. Est-ce qu’en créant une boisson-repas qui se consomme en deux minutes, on inciterait les gens à manger plus d’autres chose? Est-ce que l’on créerait un nouveau type de relation néfaste avec la nourriture? Ce sont des questions sans réponse, mais qui mérite d’être posée.

Conclusion

Après avoir lu tout cela, ce que je vais dire va probablement paraître un peu hypocrite. D’une part, je défends de tout mon coeur l’approche « obtenons nos nutriments par la consommation de nourriture dense en nutriments la moins transformée possible », parce que c’est ce qui semble le plus efficace scientifiquement et anecdotiquement.

D’autre part, c’est extrêmement attrayant d’avoir un substitut de repas qui ne coûte presque rien et qui comblerait des besoins nutritionnels. Si une recette paléo du Soylent arrivait sur le marché à si faible coût, je serais possiblement un acheteur. Pensez à notre article sur l’importance (faible) du déjeuner. Nous recommandions d’attendre quelques heures avant prendre votre premier repas, ou de ne consommer que des lipides et des protéines pour profiter du catabolisme du gras par le cortisol. Il m’apparaît parfaitement compatible d’avoir une boisson sur le départ pour faciliter l’atteinte de cet objectif.

Toutefois, avant de voir une variante paléo du Soylent, je pense que beaucoup d’eau va couler sous les ponts. Les produits pas très paléos mis dans la recette de Soylent que l’on a vu plus haut (avoine, riz, huile de pépins de raisins) sont attrayants justement parce qu’ils ne sont pas chers. De voir un mélange d’huile de noix de coco et d’olive et d’isolat de lactosérum (Whey) ou d’oeuf ne sera probablement pas donné.

Vous pouvez donc dormir sur vos deux oreilles, mes hommes et femmes des cavernes préférés – continuez à manger vos tranches de foie de veau avec ardeur, je pense que n’est pas créée la potion magique qui éliminera le besoin de mastiquer!

Vincent

Articles connexes

4 Comments

La Revue du Net Paleo #40 | Paléo Lifestyle septembre 11, 2013 at 8:22

[…] Paleo Quebeq nous parle du Soylent […]

Reply
Tristes protides | Clair et Lipide février 21, 2014 at 3:14

[…] qui rattrape la fiction, un seul produit alimentaire pour les gouverner tous, vous en aviez rêvé, Rob Rhinehart l’a fait pour vous. Et il semblerait que nutritionnellement ça soit pourtant correct. C’est peut-être […]

Reply
dechairetdelait février 22, 2014 at 3:29

Excellent article ! Bravo d’avoir dégotté ça !! Et mastiquer justement ! Mastiquer et saliver contribuent à une bonne digestion. Pour avoir de sérieux problèmes de mâchoires, je sais que celle-ci a besoin d’être exercée et que sa santé a un impact sur l’ensemble du corps. Donc non : on ne peut pas se nourrir exclusivement d’une boisson miracle. Restons sur une bonne cuisine maison (pour moi à partir de plantes et non de foie e veau 😉 )

Reply
Tristes protides | Santé Nutrition février 25, 2014 at 12:00

[…] rattrape la fiction, un seul produit alimentaire pour les gouverner tous, vous en aviez rêvé, Rob Rhinehart l’a fait pour vous. Et il semblerait que nutritionnellement ça soit pourtant correct. C’est peut-être […]

Reply

Leave a Comment