Cuisine

Cuisine de saison

posted by octobre 19, 2013 2 Comments

Bonjour, mes hommes et femmes des cavernes préférées!

Un des fondements du mode de vie paléo est de tenter de se nourrir avec des aliments locaux. C’est :

– Plus nutritif, selon l’auteure Jo Robinson, plus un aliment est frais, plus il contient de vitamines et d’antioxydants ;

– Plus écologique. Au minimum, moins d’essence est brûlée pour acheminer l’aliment sur votre table

– Plus économique ! L’essence coûte cher! l’économie se reflète souvent sur le prix.

– Économiquement plus viable. En encourageant le producteur québécois ou canadien, on lui donne le moyen de continuer ses activités. C’était le concept de notre article « Voter avec son argent ».

L’homme des cavernes moyen ne se préoccupait pas de ces facteurs créés par l’être humain du 20e siècle. Il se nourrissait avec ce qu’il trouvait – et même si nous avons un paquet de soucis que l’homme des cavernes n’avait pas, nous sommes confrontés à la même situation : nous sommes également confrontés à une abondance de certains nutriments.

Au Québec, quels sont les végétaux produits principalement en automne? On parle principalement de courges,  de pommes, de fruits des champs et d’oignons.

Courges

220px-Petites_courgesSource : Wikipédia FR.

Les courges sont célèbres dans le mouvement paléo. Je ne parle pas de votre beau-frère qui voulait essayer la diète paléo mais qui n’a fait que garder sa diète en mettant du bacon partout (quelle courge, celui-là!). Elles sont plutôt célèbres car elles contiennent de l’amidon, bref, des molécules de glucides complexes qui sont idéales pour remplir le glycogène musculaire. Par 100g de courge on obtient environ 10g de glucides et 2.5g de fibres, dépendant de la courge. Elles vont également contenu de faibles proportions (2-5%) de calcium, de zinc, de magnésium, de cuivre et de manganèse, ainsi qu’un peu de vitamine A et C.

Mon moyen préféré de manger les courges est sans doute de les faire cuire au four (350 degrés F pendant 40-60 minutes, dépendant de la taille de la courge) et de les manger avec un peu de beurre. Parce que franchement, à quoi servent les légumes si ce n’est pas pour servir de véhicules à cubes de délicieux beurre? Un autre moyen de consommer de la courge est d’en faire un potage. C’est assez simple :

– Prenez 4 à 6 tasses de votre bouillon préféré ;
– environ 4 tasses de courge, coupée en cubes ;
– 1 oignon, coupé en cubes ;
– 2 carottes, coupées en rondelles grossières ;
– 1 patate douce, épluchée, coupée en cubes ;
– 2 gousses d’ail ; (bonus : si vous les hachez finement et laissez s’oxyder 10 minutes à l’air libre, les propriétés anti-microbiennes de l’ail perdurent malgré l’exposition à la chaleur!)
– 2 cuillérées à soupe de turméric.

Faites bouillir les légumes dans le bouillon pendant environ 30 minutes, le temps que tous les légumes deviennent tendres. Passez dans un mixeur… et vous vous retrouvez avec un beau potage sur les bras!

Les pommes

Mele_non_comuniSource : Wikipedia FR

Y a-t’il un fruit plus commun au Québec que la pomme? À part nos institutions gouvernementales qui sont pleines de poires, je n’en vois pas. Aller cueillir des pommes est une activité parfaitement légitime : on va se ressourcer au grand air et se rapprocher de l’aspect « cueilleur » de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs. Avec une pomme standard (approx 140g), on mange 3g de glucose, 8g de fructose et 3 de sucrose (mi-glucose, mi-fructose) ; 2,5g de fibres ; elle contient principalement de la vitamine C (8,7mg / 14% de l’apport nutritionnel requis) et du potassium (200 mg ; 4% de l’apport nutritionnel requis).

Les pommes du Québec, en saison, on l’avantage d’être croquantes et sucrées au goût – quasiment du bonbon. La compote de pommes demeure un des meilleurs moyens d’en faire un dessert plaisant. Avec un minimum d’eau dans une casserole dans laquelle vous disposez des cubes grossiers de pommes et un peu de cuisson, vous obtiendrez une gibelotte que vous pourrez passer au mixeur avec de la cannelle pour un dessert facilement congelable!

Les petits fruits

ccec268ef67128dd_berrypudding2

Source : lamenageredebutante.com

Les petits fruits du Québec, j’ai nommé les fraises, les framboises, les bleuets et les canneberges, sont reconnues comme étant de bonnes sources d’antioxydants. Les trois premiers contiennent un mélange de glucose et d’un peu plus de fructose. Les fraises et framboises contienne peu de sucres (environ 4.5g / 100g) ; les bleuets un peu plus (10g / 100g) et les canneberges, étonnamment, semblent contenir 4g par 100g, dont 3.5g seraient du glucose! Étonnant, pour un fruit non amidonné! Tous ces petits fruits sont des sources de vitamines C et K.

Les petits fruits que vous acheter en saison, donc moins cher, sont facilement  congelables. Ils deviennent donc faciles à faire en compote (comme les pommes décrites précédemment), mais surtout très intéressants à faire en petite sauce. Tout ce que vous avez à faire, c’est d’en mettre un peu dans une tasse à mesurer allant au micro-ondes et allumer le micro-ondes pour deux minutes. Vous allez vous retrouver avec la purée de fruits chauds, en sauce, que vous pouvez ensuite consommer tel quel ou, si vous vous sentez aventureux, à manger avec de la viande! Après tout, votre mère ne vous servait-elle pas de la compote de pommes avec son fameux rôti de porc?

Les oignons

onion

Les fameux oignons, qui sont célèbres pour avoir fait pleurer tant de gens, méritent une un peu meilleure réputation. De toute façon, ce n’est pas le seul légumes qui fait pleurer. Faites vous lancer une citrouille par la tête et vous verserez peut-être une petite larme… L’oignon est donc un bon petit légume qui, par 100g, contient 2g de glucose et 1.5 de fructose. Il est une source de vitamine C et contient un peu de manganèse et de magnésium.

La meilleure recette d’oignons que je connaisse est de faire caraméliser des oignons, et c’est sans doute la plus simple. Pour une recette d’un oignon, il faut 15 mL d’huile d’olive et 15 mL de beurre. Il faut :

– Mettre les corps gras dans la poêle ;- Peler l’oignon ;
– Couper l’oignon en languettes ;
– À feu moyen, on fait brunir les oignons et on les brasse ;
– On répète cette opération plusieurs fois, pendant 30 à 60 minutes.

Attention de ne pas brasser trop souvent – sinon, vous empêcher les oignons de brunir. Le but est de diminuer le feu progressivement et de laisser les oignons mijoter, ce qui va faire ressortir les sucres et rendre les oignons extrêmement tendres. Vous pouvez également y ajouter un peu de vinaigre balsamique – cela va donner un petit goût acidulé, faciliter la caramélisation et éviter que les oignons sèchent et collent dans la poêle. Cela transforme les oignons en un à-côté succulent pour les viandes, et vos invités en redemanderont,je vous le garantis!

Voilà! Allez, mes hommes et femmes des cavernes, allez dévaliser nos marchés locaux! C’est le temps!
– Vincent

Articles connexes

2 Comments

Diane octobre 19, 2013 at 12:11

Ah non!!!… la meilleure façon de faire caraméliser les oignons à feu doux c’est de les faire cuire dans de l’huile de noix de coco. De plus, l’arôme de ces deux aliments ensemble est délirant.

Reply
paleoquebec octobre 20, 2013 at 2:24

Oh, oh! C’est à essayer… !
– Vincent

Reply

Leave a Comment