MythesNutrition

Pour continuer avec la mode SANS GLUTEN

posted by Paléo Québec septembre 15, 2014 8 Comments

Bonne semaine à tous!

Depuis hier, mon mur Facebook a été agressé par un infographique truffé de désinformation par un pseudo-adversaire de la pseudo-science. Les arguments sont nuls  et je jure que les blagues de l’article se sont écrites toutes seules.

Le premier point que je veux mettre au clair c’est que je me fous que couper le gluten soit une mode ou pas parce que je ne suis pas un ado de 11 ans en crise d’adolescence. Il y a des bonnes (les énergies vertes, les villes qui aménagent des pistes cyclables, le retour à la nourriture local) et des mauvaises (mettre du sirop de maïs partout, remplacer le gras animal par du gras végétal transformé à cause des nutritionnistes) modes et comme adulte rationnel, j’essaie de choisir ce qui est meilleur pour moi, indépendamment des tendances du moment. Ma décision de couper le blé de mon alimentation resterait la même si demain la nouvelle mode était de faire un régime 97% pain.

Sinon, sans plus tarder, voici les arguments de l’infographique approchés un à un. Vous allez voir, ça vole aussi haut qu’une autruche.

Premier argument: Le gluten n’est pas inutile parce qu’il sert à améliorer la texture du pain.

Pour changer de sujet: la semaine prochaine, Paléo Québec explique pourquoi le sucre n’est pas inutile parce qu’il sert à améliorer le goût des boissons gazeuses.

Deuxième argument: Manger sans gluten est meilleur pour la santé parce que… raisons idiotes.

L’argument  »Les produits céréaliers contiennent des vitamines, minéraux et fibres donc ils sont essentiels pour la santé » est malhonnête. Le vrai argument devrait être  »Les produits céréaliers contiennent PEU de vitaimines et de minéraux, PEU de protéines (qui sont d’ailleurs incomplètes), des fibres qui sont dures/impossibles à digérer et PAS de gras essentiels. Tout ce qu’on retrouve dans les produits céréaliers peut se retrouver ailleurs, en plus grande quantité, et en meilleure qualité. »

Remplacez les produits céréaliers par plus de viande, de fruits et de légumes et vous aurez encore plus de fibres, de vitamines et de minéraux essentiels dans votre alimtentation!

Troisième argument: Couper dans le gluten ne fait pas perdre de poids.

Non, parce que selon l’auteur, quand les gens coupent dans le gluten, ils perdent du poids parce qu’ils coupent dans les produits transformés. Peut-être, ET ALORS? Si le gluten est, coincidence, présent partout dans le fast-food, et que le couper conduit les gens à ne plus manger de fast-food, … où est le problème? Tous les aliments avec du gluten sont généralement peu nutritifs et ne contiennent rien d’essentiel de toute façon.

D’ailleurs, toujours selon l’auteur, c’est couper les calories qui fait perdre du poids. Paléo Québec a d’autres trucs du genre pour vous: Alcooliques, buvez moins et vous ne serez plus alcooliques! Dépressifs, soyez plus joyeux et vous ne serez plus dépressifs!

Le leitmotiv  »Coupez dans les calories, LOL » est débile et toujours amené sur la table par les gens qui ont une réflexion aussi profonde que la flaque d’eau dans la rue devant chez moi*. La vraie question c’est  »Qu’est-ce qui amène les gens à manger tellement de calories qu’ils deviennent obèses et qu’ils ruinent leur santé? ». On vient tout juster d’en parler, les facteurs qui amènent les gens à trop manger sont multiples et ce n’est surtout dire aux gens  »J’ai un bac en nutrition, mangez moins voyons! » qui va régler le problème.

* Elle n’est pas profonde.

Tiens, pour être constructif, une piste de solution de plus: des souris nourries avec plein de malbouffe perdent graduellement intérêt pour une alimentation saine et se mettent à manger en trop grande quantité. Stupides souris, si seulement elles savaient qu’il ne suffit que de manger moins de calories.

Homer Simpson qui réfléchit à une carrière en nutrition où il va pouvoir enfin dire aux gens de couper dans les calories.

 Quatrième argument: Le gluten cause des troubles digestifs (l’auteur parle des FODMAPS et insinue que vu que le gluten n’est pas la substance dans le blé qui cause les problèmes de certaines personnes, la conclusion évidente c’est de manger du gluten et de tout modérément**).

Vincent avait très bien couvert le lien entre les FODMAPS et le blé dans un article récent. Ce que certaines personnes ne semblent pas encore comprendre, c’est que le blé c’est nul POINT. Le gluten a été la cible principale de la recherche jusqu’ici, mais plusieurs molécules dans le blé en général sont liées à l’inflammation chronique et on manque encore d’information là-dessus. Ce qu’on observe de notre côté, c’est qu’un paquet de gens qui coupent le blé se sentent mieux, sont en meilleure santé et performent mieux, surtout ceux avec des maladies dans le spectre auto-immun (et c’est un paquet de gens).

Le gluten n’est pas responsable de tous les maux du monde, mais la conclusion ne devrait pas automatiquement être  »HA! Vous m’aviez dit que le gluten était mauvais, mais le reste du blé aussi est terrible pour ma santé! Je vais utiliser toute la malhonnêteté intellectuelle possible et conclure que vu que vous m’avez horriblement menti, la seule chose à faire c’est de manger plus de gluten et de recommander aux gens de faire pareil ».

** Je l’ai déjà mentionné avant,  »En modération », ça veut dire quoi? Il y a 200 ans l’Américain moyen mangeait environ 4 livres de sucre par année et maintenant c’est 120 livres. La modération c’est à 75 ou 90 livres de sucre par année? On va faire une recommendation révisée.  »Certaines choses en modération, d’autres qu’on coupe complètement ». Mangez des amandes grillées et du chocolat noir en modération et coupez pour toujours le Mountain Dew et les Pop Tarts.

Cinquième argument: Les aliments sans gluten sont plus bios.

L’argumentation complète sur ce point dans l’infographique n’est qu’un ramassis d’idioties, on va donc passer en vitesse au…

Sixième argument: L’auteur insinue que ne pas manger de gluten c’est  »dur »

Je vais aller droit au but pour celui-ci: manger de la meilleure façon possible devrait être une PRIORITÉ dans votre vie. Top 5.  »Je ne me prive pas hihi » et  »Je peux manger de tout en modération hihi » ça fonctionne tellement bien qu’il n’y a aucun pays dans le monde où l’obésité recule.

Voici un petit exercice de mise en perspective:

Catégorie 1: Pas dur

– Que Chris Hemsworth soit si beau et si loin de moi (je blague c’est beaucoup trop dur et injuste).

– Que je possède si peu de yachts et d’îles privées dans les Bahamas.

– Que je ne puisse pas manger en modération chaque nouvelle combinaison chimique de sirop de maïs, d’huile végétale et de farine blanche qui sort sur le marché et quand même avoir un corps d’enfer.

Catégorie 2: Dur

– Que presque tout le monde passe sa vie à souffrir d’obésité, de diabète de type 2, de problèmes digestifs constants, d’Alzheimer et de pleins de petits problèmes de santé comme l’acné, les caries ou l’asthme qui ne nous tuent pas, mais gâchent notre quotidien, ALORS QU’ILS SONT PRATIQUEMENT TOUS ÉVITABLES.

– La fin d’Ocarina of Time. Dans le temps les jeux vidéos nous préparaient pour les dures réalités de la vie.

Tiens Link, pour tous tes efforts, bienvenue dans la FRIENDZONE!

Peut-être que ne pas dépenser toutes mes payes en nouveaux vêtements et en bière au bar c’est  »me priver » pour certains, mais moi je trouve que travailler un extra 20 heures par semaine pendant toute une vie pour me payer des conneries qui ne me rendent pas heureux c’est me priver encore plus. Même chose pour la bouffe. Peut-être que certaines personnes considèrent que je me prive en ce moment, mais je vais profiter de l’extra 10-15 ans de santé*** qu’ils vont passer à gober des pilules en espérant rencontrer un médecin surchargé à voyager partout dans le monde sur mon vélo et à bouffer comme dans un resto 5 étoiles à tous les jours.

*** Ça va être probablement plus, parce que même à 27 ans, je vois déjà un paquet de gens de mon âge qui sont obèses et/ou qui sont déjà limités par leur santé déclinante.

Je veux passer ma vie à performer comme une bête sauvage (et/ou un dieu grec, j’hésite encore) et être 100% en santé, pas modérément, et si ça implique que je me  »prive » en remplaçant une toast par des oeufs brouillés et des fruits le matin, que je fasse mon ketchup maison, ou que j’invite des amis chez moi pour manger un repas à la place d’aller au resto, je peux vivre avec.

Il n’y a aucun gluten dans cette photo. Coincidence? Je ne pense pas!

En conclusion… bonne chance avec toute la désinformation et la mauvaise volonté qui arrivent de tous les sens. Faites vos propres tests, faites-vous confiance et performez au meilleur de votre potentiel! Paléo Québec continue à considérer que le blé c’est aussi nutritif que du carton, mode sans gluten ou pas.

Guillaume

Articles connexes

8 Comments

Richard Dufresne septembre 15, 2014 at 9:36

Voici un article intéressant qui lit l’utilisation de l’herbicide « Round up » à certaines maladies occidentales tel que vous décrivez, dans votre article « Pour continuer avec la mode SANS GLUTEN ». Bonne lecture ! http://www.mdpi.com/1099-4300/15/4/1416

Reply
Robert Lagacé septembre 15, 2014 at 10:06

Avec tout le respect que j’ai pour vous, svp faites attention à ce que vous lisez et publiez. Voici une critique de cette étude http://www.lapresse.ca/le-soleil/vivre-ici/la-science-au-quotidien/201306/22/01-4664170-lempire-de-la-rumeur.php

bonne journée

Reply
Alex septembre 15, 2014 at 11:13

La meilleure manière de « casser » l’argumentaire de quelqu’un sera toujours de le déformer avant de le contredire.

Ce que vous voyez comme des « arguments » n’en sont pas. Son objectif est de prendre des affirmations que l’on entend souvent (et qui sont fausses) et de les corriger.

« Argument 1 » : Le pharmachien vise simplement à démontrer que le gluten n’est pas inutile dans l’alimentation, rien de plus. Vous le dite vous-meme : « le gluten n’est pas inutile parce qu’il sert à améliorer la texture du pain ». C’est simple, bien sûr, mais c’est l’objectif du Pharmachien. Être accessible et vulgariser au maximum. La réalité est que le gluten a une utilité non-négligeable dans la confection des aliments. Ça ne fait pas de lui quelque chose de bon ou mauvais pour la santé, et il ne le suggère pas! Il dit que c’est utile. Point. Et il a bien raison.

« Argument 2 » : Un instant. L’argument du Phamachien est simplement de dire que ce n’est pas vrai que manger « sans gluten » est meilleur pour la santé. Manger les mêmes repas, mais avec des aliments « sans gluten » ne va rien changer à votre santé. Évidemment, si vous altérez la totalité de votre diète, ça va influence le résultat. Mais encore une fois, ça n’a rien à voir avec le gluten ou le pas de gluten. Et quand vous dites que les produits céréaliers ne sont pas supers parce qu’ils contiennent des fibres dures à digérer… je suis perplexe. Par définition, les fibres ne sont pas dégradées par les enzymes intestinales, ne sont pas digérées. Je vois pas comment on pourrait blâmer les fibres céréalières d’être… des fibres.

« Argument 3 » : Je ne comprends pas trop ce que vous lui reprochez. Il a raison, et vous affirmez tous les deux la même chose. La réalité est que, pour deux régimes semblables où une personne mange des pâtes sans gluten et du pain sans gluten, il n’y aura aucune différence de poids. Le gluten lui-même n’a rien à voir avec le poids. Je comprends votre points, mais c’est indirect. C’est un peu l’équivalent de dire que le colorant rouge vous fait prendre du poids. Assurément, si vous évitez les aliments avec du colorant rouge (bonbons, jus sucrés, etc.) vous serez en meilleure santé. Mais le colorant rouge n’est clairement pas responsable de quoi que ce soit ici. Même chose pour le gluten!

« Argument 4 » : Mais vous vous entendez encore une fois sur les faits. Le gluten lui-même n’est pas responsable de la plupart des troubles alimentaires. Vous suggérer qu’il y a autre chose dans le blé qui est mauvais, et qu’il faudrait éviter le blé en général. Bien, c’est une thèse intéressante qui reste à être étudiée et qui a assurément du vrai. Mais de grâce, ne demandons pas aux gens d’éviter le blé sous de mauvais prétextes (le gluten)! Si ce n’est pas le gluten qui est problématique, suffit de mentionner que le blé en général n’est pas bon pour la digestion, en expliquant quelles autres molécules sont nocives. Comme le gluten se retrouve aussi ailleurs que dans le blé (et que du blé sans gluten est en voie d’arriver sur le marché), il faut faire preuve de rigueur.

« Argument 5 » : Ça peut vous sembler idiot, mais c’est une vulgarisation de base intéressante pour le commun des mortels qui ne connait rien à la nutrition. Les gens ont souvent tendance à amalgamer tous les produits « santé » en un tout plus ou moins homogène. Il ne fait qu’expliquer que sans gluten n’a rien à voir avec bio, et inversement. C’est un fait, il y a des pains de blé bio et des pains sans gluten pas bio. Je ne vois pas où vous voyez un problème dans cette explication…

« Argument 6 » : C’est relatif. Évidemment que pour des passionnées de nutrition tels que vous et moi, comprendre ce qui compose les aliments et passer du temps à sélectionner vos achats est un plaisir et n’est pas très difficile. La réalité est que pour la plupart des gens, éliminer du jour au lendemain le gluten n’est certainement pas une tâche facile. Bien sûr que c’est une chose géniale que les gens se mettent à se questionner sur leur alimentation (et fassent de meilleurs choix), personne ne remet ça en question! Mais retirer complètement le gluten de son alimentation demeure restrictif, ce serait malhonnête de le nier.

Au global, je suis un peu déstabilisé par votre article. Vous parlez de désinformation, limite de mensonges et de malhonnêteté… mais vous ne citez que très peu d’erreurs dans son texte (essentiellement votre appréciation de la richesse nutritive du blé). Au global, je crois que vous ne regardez pas le sujet de la même manière. Alors que le Pharmachien cible la molécule du gluten et ses effets si on l’isole, vous voyez le gluten comme étant associé au blé et à tous les produits qui en dérivent. Vous avez tous deux de très bons arguments dans vos articles respectifs, mais je ne crois pas qu’il y aie contradiction entre vos deux discours. Voilà, j’espère que vous serez assez courageux pour avoir lu mon texte jusqu’au bout 🙂 Merci d’avoir pris la peine d’écrire votre entrée de blog et bonne continuité.

Reply
paleoquebec février 3, 2015 at 5:29

J’avais manqué ce commentaire! Avec le recul, mon article était certainement un peu plus intense que je ne l’avais imaginé quand je l’écrivais haha! Je ne suis pas entièrement d’accord qu’on avait des messages similaires, mais je peux concevoir qu’on le voie ainsi! 🙂

Reply
Michael septembre 15, 2014 at 11:21

Une étude récente parue il y a quelques mois apporte un autre élément de preuve qui nous permet de conclure qu’il y a bel et bien un problème avec le blé moderne (celui créé par les mutations accélérées dans les années 1950-60). Des chercheurs ont comparé les effets du blé moderne VS ancien chez un groupe de 20 personnes qui souffre du syndrôme du côlon irritable. Questionnaires + analyses de sang. Conclusion? Le blé ancien cause beaucoup moins de problèmes intestinaux + l’inflammation mesurée par les analyses est moins élevée qu’avec le blé moderne.

On peut lire un court résumé de l’étude ici:

http://www.lanutrition.fr/les-news/colon-irritable-les-bles-modernes-mis-en-cause.html

extrait:
« Lorsqu’ils ont consommé le Kamut, les volontaires ont rapporté une diminution de la sévérité de leurs symptômes : douleurs abdominales, ballonnements, consistance des selles, fatigue. Les analyses de sang ont également montré que la consommation de Kamut s’était accompagnée d’une diminution du niveau de marqueurs de l’inflammation comme les interleukines 6 et 17, l’interféron-γ, la protéine-1 chimioattractive monocytaire, le facteur de croissance de l’endothélium vasculaire. »

Et sur le site de Mark Sisson il y a un bon article sur le blé moderne:

http://www.marksdailyapple.com/the-problems-with-modern-wheat/

Je ne suis pas intolérant au blé peu importe quelle origine alors j’en mange à l’occasion au restaurant par exemple mais je serais idiot d’en manger quotidiennement en me disant que parce que je n’ai pas de symptômes immédiats de dégradation de ma santé que ça veut dire pour autant que le blé n’est pas un problème à long terme.

Reply
Michael septembre 17, 2014 at 10:02

Je suis allé faire un tour sur le site du fanfaron pseudo-sceptique et je me pose la question: a qui s’addresse t-il au juste? Parce que quelqu’un qui souhaiterait vraiment informer les gens et vulgariser n’utiliserait pas des petites BD cucul sarcastiques qui s’addressent visiblement à un auditoire convaincu à l’avance que les conclusions du comique sont valides. C’est ridicule. Il divertit son petit public rien de plus.

Reply
Alain septembre 20, 2014 at 5:16

Le blé est une vraie drogue qui rend les gens accro et cause bien des problèmes de santé.

Ma fille avait toutes sortes de symptôme, manque de concentration ie « brain fog », mal aux jointures, période avec plus ou moins de dépression, un léger surpoids, etc.

Suite à la lecture du livre « Pourquoi le blé nuit à votre santé » du docteur William Davis (version anglaise). Je lui ai fait couper complètement le blé de son alimentation.

Résultat, tout les problèmes ont disparu et elle a perdu 12% de son poids de départ. Elle a aussi coupé les jus de fruit sucré et yogourt trop bourré de glucide.

Moi aussi, j’ai coupé le blé. car en faisant des recherches on s’aperçoit que cet aliment n’est pas fait pour la consommation humaine .

On peut remplacé le pain de blé par un pain fait maison à base de farine de lin.

Reply
Bombo novembre 30, 2014 at 7:14

Bonjour Guillaume. Cet article m’a hérissé le poil (envoyé par un collègue au courant que je ne mange pas de gluten), merci de le remettre à sa place (bien que Monsieur Chien, par ailleurs ancien employé de labo, soit probablement « au-dessus »)

Les sceptiques sont vraiment la lie. A défaut de talent, ces gars tentent de se la jouer Pasteur. Au final ? Ils ne critiquent jamais que ce qui est absolument sans danger, et surtout jamais ce qui pourrait remettre en cause leur train-train. Ça ne me dérangerait pas si, en France, on n’était pas obligé de partager les frais de maladie de ces antipathiques via la Sécu.

J’ai 22 ans, je mange sans gluten depuis que je suis passé frugivore en mai 2014 (j’ai depuis, pour des questions pragmatiques et géographiques, réintégré la cuisson, mais ni les céréales au sens large -exception faite du sarrasin, ni la viande). Sans regret : j’avais tenté, matin dans un festival, un petit déj normal pain beurre tartine, qui m’a fait passer la journée la plus horrible de l’année.

Reply

Leave a Comment