MythesNutrition

Lettre ouverte aux pro-gluten

posted by Paléo Québec janvier 26, 2015 3 Comments

Bonjour, groupe!

Cette semaine, je change un peu la donne pour aborder un sujet un peu moins scientifique et un peu plus social, soit la perception que certaines personnalités publiques ont de la « mode sans gluten »… et de l’expression de leurs opinions.

Le web est rempli de personnes voulant bien faire qui lancent des quolibets du genre :

– Certaines personnes s’inventent des intolérances au gluten
– Évitez le gluten ne devrait être que pour les coeliaques
– La modération en toute chose est bien meilleure

Je pourrais citer des exemples de journalistes de santé & société et des célébrités dans le domaine de la cuisine, mais je ne le ferai pas, parce que ce n’est pas l’objectif de cet article. Toutefois, j’aimerais faire remarquer que ces personnalités interagissant avec le public ont une responsabilité de bien l’informer, au même titre que nous.

Ce n’est pas pour rien que dans notre page « Commencez ici! » nous mettons un avertissement comme quoi nous ne sommes pas des médecins et que l’information donnée ici ne se donne pas à titre médical, mais indicatif. Ce n’est pas non plus pour rien que nos articles sont truffés de phrases comme « Un sommeil de qualité peut contribuer à une perte de poids. » Il est scientifiquement irresponsable d’être catégorique sur l’immense majorité des sujets… les études scientifiques s’intéressent généralement à des groupes de personnes, et souvenez-vous que les résultats présentés sont des moyennes – ce qui signifie que des individus suivant les conclusions d’études peuvent avoir des résultats conformes ou contraires à l’étude en question.

Les gens qui nous lisent doivent être bien conscients que nos conseils ne sont pas une promesse de résultats, car si on peut déceler des tendances dans des groupes, les individus sont très variables. Nous nous imposons cette barrière pas parce que nous sommes craintifs, mais parce que nous ne pouvons pas mentir avec des « résultats garantis » qui ne le sont pas.

C’est pourquoi je suis irrité, que dis-je, frustré quand je vois des personnalités publiques affirmer catégoriquement des choses telles que « des gens s’inventent une intolérance » ou bien « la modération a bien meilleur goût ». Nous faisons assez de recherche sur le sujet, nous sommes prudents dans le choix de nos mots, de nos idées et de nos sujets, et nous nous faisons balayer d’un revers de la main par des gens ayant un auditoire, mais pas nécessairement d’expertise sur le sujet.

C’est pourquoi j’invite ces personnes à lire nos articles sur le sujet, ceux-ci contenant un paquet de références sur le sujet.

L’intolérance au gluten : le mythe et la réalité & L’intolérance au gluten : le mythe et la réalité… suite. : Ces articles détaillent certains aspects un peu moins agréables du gluten, ou des études établissent des corrélations entre le gluten et différentes maladies, surtout auto-immunitaires.. même chez des gens qui ne sont pas diagnostiqués comme étant coeliaques ou intolérants au gluten.

Le faux et surtout le vrai sur le gluten – Critique : Nous contre-argumentons ici un article rédigé par Mme Marie-Claude Lortie, chroniqueuse à La Presse, qui critique les diètes sans gluten pour tous.

Le « sans gluten », est-ce paléo? : J’aimerais toutefois tendre une branche d’olivier aux gens critiquant les diètes sans gluten. Nous prônons résolument l’application des principes d’un mode de vie paléo et nous sommes convaincus que cela peut aider énormément de gens – même s’ils ne les appliquent qu’en partie. Toutefois, le « sans gluten » n’est pas nécessairement paléo. Du foie de veau, du poisson, des légumes – c’est sans gluten. Une bonne patate frite graisseuse aussi, c’est sans gluten… mais vous vous doutez bien qu’un régime alimentaire sans gluten à base de cochonneries, cela va avoir pour seul effet apparent l’appauvrissement du pauvre badaud qui l’adopte, parce que dieu sait que le rayon « sans gluten » à l’épicerie est parmi les plus chers.

Chères personnalités, vous avez le droit à votre opinion. Assurez-vous toutefois que cette opinion soit informée sur le sujet, car vous avez un auditoire attentif et qui vous fait confiance. Malheureusement, on ne peut pas assumer que nos lecteurs ou nos auditeurs aient un esprit critique, ce qui nous impose le fardeau de la recherche et de la réflexion avant de s’exprimer.

Si vous voulez en jaser, on vous invite à manger un bon repas paléo – et si on repart chacun de notre côté en désaccord sur le principe, c’est correct. Au moins, vous et nous serons plus riches grâce à la connaissance de l’autre.

– Vincent

Articles connexes

3 Comments

Laurent janvier 30, 2015 at 6:16

Bien dit. Je suis d’accord! J’ai, moi aussi, écrits deux articles similaires aux votre sur le sujet.

Reply
Michel Tremblay février 3, 2015 at 7:11

Dr Perlmutter dans son livre « Brain Grain » cite des articles de science très récents qui indiquent un lien entre le glutten et ce qu’il appelle l’inflamation ultime ou le diabète de type 3: Alzheimer. D’autres liens sont mentionnés dans son livre entre entres autres le gluten et les problèmes cardiaques: les vaisseaux sanguins deviendraient inflammés par une alimentation trop forte en gluten et en hydrate de carbone et par la suite des molécules LDL de petites tailles viendraient bloquer les cavités… Molécules LDL de petites tailles seraitent elles-même plus élevées dans un diète forte en HC et la réduction de l’ingestion de gluten non seulement augmenterait les molécules de HDL mais élagement les molécules de LDL de grosse taille, qui sont plutôt innofensives.

Je suis moi-même un mode alimentaire paleo/keto (un peu plus restrictif sur les hydrates de carbone et je suis juste devenu accro à l’effet mental qu’amène une adaptation cétogène, et une des raisons de réduire le gluten et les carbs c’est que ma famille présente un historique de maladie mentale et de problèmes cognitifs.

Reply
Michael février 4, 2015 at 8:30

Et c’est pas seulement le gluten c’est aussi (entre autres) le gliadin:

http://mindandmuscle.net/forum/37979-gluten-inherently-inflames-human-intestine

Il y a qq études citées dans la discussion. Pour diminuer (en partie) les dégâts du blé il faudrait le manger accompagné de probiotiques:

« Bifidobacteria inhibit the inflammatory response induced by gliadins in intestinal epithelial cells via modifications of toxic peptide generation during digestion. »

C’est le blé dans son entier qu’on doit attaquer. Surtout le blé moderne qui a été modifié afin de nourrir les populations croissantes du tiers-monde. C’est de la nourriture qui sert à éviter la famine, pas à nourrir adéquatement un corps humain.

Reply

Leave a Comment