Méli-mélo

La pelouse de mon voisin est plus verte: le principe de l’individualité

posted by juin 25, 2015 2 Comments

Bonne semaine groupe!

Cette semaine j’explore un concept qu’on oublie souvent quand on compare notre pelouse jaune à la verte du voisin: le concept d’individualité.


« Ma maman dit que je suis unique »

On voit quelqu’un avec des résultats intéressants, on se dit « wow je vais faire la même chose qu’eux et avoir les mêmes résultats! ». Pourtant, même après avoir faire 57 000 tirs sur mon panier de basketball, je ne suis pas encore dans la NBA. Qu’est-ce qui s’est passé? Je soupçonne ne pas avoir assez pompé mes chaussures de sport, mais c’est peut-être un autre facteur (ils ont sûrement le mauvais numéro de téléphone).


Michael Jordan, me voilà!

Entraînements égaux, résultats différents
Une question pour vous: Si j’ai Madame A et Madame B qui font de la course et qu’elles font exactement le même programme (3x/semaine, trajet de 5 kilomètres, vitesse de 12 km/h), est-ce que leurs résultats vont être similaires?

On pourrait penser que oui, mais je vais ajouter des détails à la mise en situation avant d’avoir votre réponse. Madame A a 40 ans, un IMC de 32, court depuis 2 mois, dort 6 heures par nuit et carbure aux sandwichs beurre d’arachide et confiture de fraise. Madame B a 25 ans, un IMC de 22, a couru 12 ans avec des clubs d’athlétisme et court comme souffle le vent (dans les mots de Forrest Gump). Est-ce que leurs résultats vont être similaires?

Avec les variables que j’ai mises, Madame A va probablement casser après une semaine. Elle ne récupérera pas de sa première séance de course (qu’elle va avoir trouvée particulièrement pénible), va avoir de la difficulté à marcher pour plusieurs jours et va retourner au confort de son divan. Madame B va probablement, au mieux, maintenir son niveau, et au pire, régresser.

Le même entraînement peut tuer quelqu’un et être une balade du dimanche pour quelqu’un d’autre. Dans mon jeune temps au Énergie Cardio avec mes deux grosses fins de semaine de formation*, j’ai fait faire un essai à une cliente de 21 ans. Elle mesurait 4″10, pesait 285 lbs et avait coché toutes les cases possibles sur le formulaire médical (haute pression, diabète, hernies discales et maux de genoux à cause de son poids, asthme, …). Elle voulait tomber enceinte et son médecin l’avait avertie qu’elle ne serait probablement pas assez fertile et qu’elle risquait de ne pas survivre à l’accouchement si elle ne se mettait pas en forme. Je l’ai placée sur le tapis roulant à la vitesse minimum (le tapis arrêtait si je le ralentissais plus) et elle a dit une phrase qui reste gravée dans mon cerveau: « wow, c’est difficile, je ne marche pas souvent« .

* Watatatow, ça fait déjà 10 ans -_- ! Il est temps que je commence à dire à mes étudiants qu’ils sont mal habillés et plus lâches que moi à leur âge.


Les années 90 auraient dû durer 30 ans
Facteurs de variabilité
Trois facteurs vont influencer vos résultats: votre génétique, votre expérience et votre mode de vie.

1. Génétique. Un énorme facteur. Certaines personnes sont meilleures pour prendre de la masse musculaire, rester minces, produire de la force, être coordonnés, la liste est longue. À moins que vous ne vous entraîniez avec votre jumeau identique, ne vous attendez jamais à avoir les mêmes résultats qu’une autre personne pour un entraînement identique. Il est très possible que votre meilleur ami ait une génétique de vélociraptor et prenne 5 livres de muscle à chaque fois qu’il regarde une cage à squat et que vous ayez besoin de 10 ans d’entraînement pour voir le même résultat.

Sans blague: si vous connaissez un homme de plus de 7 pieds entre 18 et 45 ans en Amérique du Nord en ce moment, il y a 1 chance sur 6 qu’il soit dans la NBA. Pour percer au basket-ball, la taille compte!

Malheureusement, on ne peut pas faire grand chose pour changer l’aspect génétique. La prochaine fois, choisissez des meilleurs parents!

2. Expérience. Votre vécu en entraînement influence grandement la quantité de stress que votre corps peut encaisser et la qualité de mouvement que vous allez avoir. On pense souvent qu’en s’entraînant deux fois par jour « comme les pros » on va avoir les mêmes résultats, mais on oublie qu’ils ont passé plusieurs années pour construire un corps capable d’encaisser un tel volume.

Une erreur typique est aussi de se lancer dans une aventure sans trop comprendre où sont les dangers et où sont nos limites. Je m’amuse beaucoup à voir des coureurs sur la piste cyclable autour du Lac des Nations à Sherbrooke, parce que c’est un festival de technique horrible et de blessures inévitables. Des gens avec une mauvaise forme physique, en surpoids qui mangent mal et qui n’ont jamais couru compétitivement se mettent à la course en se disant « pfff, courir, tout le monde sait comment faire ça ». Leur technique est horrible, leurs genoux souffrent, ça a l’air pénible et ça l’est probablement. À entraînement égal, un partenaire plus expérimenté va être plus efficace techniquement, va moins se fatiguer et va moins se blesser. Dans mon exemple Madame A vs B, Madame B ne se fatigue tellement pas qu’elle régresse.

3. Mode de vie. C’est simple: à entraînement égal, quelqu’un qui dort mieux, mange mieux, a des meilleures relations sociales et prend du soleil a des meilleurs résultats. Ne vous surprenez pas de ne pas avoir les mêmes résultats que votre ami si vous dormez 5 heures par nuit et lui 8.

Accepter ses forces et faiblesses pour s’amuser plus
Un des plaisirs de faire quoi que ce soit dans la vie est de voir qu’on s’améliore d’une journée à l’autre. Si vous prenez 2 ans de cours d’espagnol et que vous maintenez exactement le même niveau, vous allez probablement être déçus. Vous voulez être capables de tenir une conversation à un certain point. Vous devriez avoir le même objectif avec vos entraînements et avoir conscience de vos forces et faiblesses va aider énormément à vous amuser plus.

Génétique: peu importe comment vos gènes sont faits, il existe probablement une activité pour maximiser vos chances. Personnellement, j’ai de la difficulté à prendre de la masse musculaire (j’ai des bras de tyrannosaure) et à être explosif. Malgré toute la volonté du monde, je n’aurai jamais de potentiel en football américain et je vais me faire écraser comme une crêpe. En me concentrant sur des sports qui demandent de l’endurance et de la flexibilité, mes forces, je peux m’amuser pas mal plus. À noter que certains sports correspondent à plusieurs profils de force. En jiu-jitsu brésilien, par exemple, les gens forts et puissants ont des stratégies très différentes des gens plus construits pour l’endurance, mais les chances de succès sont égales.

La génétique du frisbee: pas donnée tout le monde
Expérience: Si vous commencez une activité, trouvez un programme pour débutant! C’est vraiment important d’accepter qu’on est nul et qu’on ne connait rien, sinon on risque de se brûler et de ne pas avoir de résultats.

Je mentionnais la course plus haut parce que selon mon honnête opinion, 80% des gens que je vois courir ne devraient simplement pas le faire. Ils devraient commencer par marcher, changer leur alimentation pour perdre du poids et apprendre à courir avec une technique impeccable.

Selon votre âge, il est aussi possible que vous ayez manqué des fenêtres clé pour le développement de certains sports. Si vous n’avez pas fait de gymnastique depuis l’âge de 5 ans, bonne chance pour être capable de faire au mouvement de difficulté C (ça va jusqu’à G). Aussi bien accepter que certaines choses resteront impossibles, mais que vous pouvez vous concentrer ailleurs.

Georges St-Pierre, un athlète phénoménal, publie de temps en temps des vidéos où il s’entraîne en gymnastique et il peine énormément avec des mouvement de difficulté A. Il n’a pas mis assez de temps en gymnastique assez jeune.

Un élément de niveau A (le plus faible) en gymnastique sur poutre.

Mode de vie: S’entraîner, c’est envoyer le message au corps qu’il doit s’adapter à une nouvelle demande plus dure ou plus complexe. Le mode de vie autour de l’entraînement va déterminer si le corps peut ou ne peut pas s’adapter à cette demande. Les haltérophiles olympiques bulgares ont des résultats spectaculaires? Bonne chance à essayer de suivre leur programme, parce qu’il est basé sur (en plus d’une génétique folle et de plusieurs années d’expérience) un mode de vie où tout est centré sur l’entraînement: bon sommeil la nuit, siestes constantes, physiothérapeutes et médecins à portée de la main, nutrition de qualité, pas de stress financier et un bon paquet de stéroides. Même chose pour une mère de famille avec un emploi temps plein et 3 enfants: se comparer à une athlète top 10 aux Jeux Crossfit est juste une façon de se rendre misérable.

En résumé, rappelez-vous que vous êtes un flocon de neige spécial et unique, comme tout le monde. Peut-être pas unique comme vous voudriez l’être, mais unique quand même. Considérez-le quand vous vous entraînez!

Guillaume

Articles connexes

2 Comments

Ethan juin 25, 2015 at 11:32

Toujours un plaisir de lire tes billets de blogue!

Reply
Tous nos articles | Paléo Québec janvier 22, 2016 at 3:42

[…] juin 2015 – La pelouse de mon voisin est plus verte : le principe de l’individualité – (entrainement, individualite, genetique, mode de vie, performance, […]

Reply

Leave a Comment