Habitudes de vie

Juste assez bon

posted by Paléo Québec octobre 29, 2015 1 Comment
juste pareto paléo québec


Récemment en revenant d’une randonnée avec des amis la discussion dans la voiture a tourné vers un truc que je remarque depuis un moment: les routes du Québec ne sont jamais parfaites. Fonctionnelles, mais jamais parfaites. Ça m’a fait réfléchir au fait que tout autour de nous est fait à 80%, ou juste assez pour fonctionner, parce que les efforts pour passer de 80% d’efficacité à 100% d’efficacité sont ridiculement élevés. Ça s’applique aussi en santé.

Principe de Pareto

Le principe de Pareto vient de l’économiste italien Vilfredo Pareto, qui a remarqué que 80% des terres en Italie appartenaient à 20% des gens, et que 20% des cosses de pois dans son jardins contenaient  80% des pois. Il a aussi remarqué cette constante 80-20 dans plusieurs domaines, où 80% des effets viennent de 20% des causes.

La loi n’est pas absolue, bien sûr, mais s’en souvenir aide énormément pour trouver les meilleurs moyens d’optimiser ses efforts.

Quelques exemples:

  • Pour une compagnie, 80% des revenus viennent de 20% des clients.
  • Pour une compagnie, 80% des plaintes viennent de 20% des clients (ouch).
  • Pour une compagnie, 20% des employés amènent 80% des résultats (ouch x2).
  • Sur internet, 20% des gens créent 80% du contenu.
  • Pour une personne qui change son alimentation, 20% des changements amènent 80% des résultats.
  • Pour une personne qui s’entraîne, 20% des exercices amènent 80% des résultats.

Dans la majorité de votre vie, 20% des efforts amènent des résultats juste assez bons. Pas excellents, mais assez bons pour que tout fonctionne quand même.

juste pareto paléo québec

Bon d’accord un petit effort de plus de temps en temps ça ne fait pas de tort

Fonctionnel vs Parfait

Une des extensions du principe de Pareto est que le 20% des résultats qui manquent pour atteindre la perfection demandent beaucoup plus d’efforts que le reste.

Vous avez sûrement déjà vécu l’expérience: avoir un C ou un B dans un travail scolaire est relativement facile, mais atteindre A+ demande plusieurs fois plus de travail. Pour quelqu’un avec une quantité infinie de temps, aucun problème de mettre les efforts pour avoir le A+. Par contre, qu’est-ce qui arrive si j’ai 2 travaux à remettre, ou 1 semaine d’examens qui s’en vient? Aussi bien viser une moyenne de B qu’avoir un travail de niveau A+ et couler 4 examens.

Pour quiconque avec une vie adulte et des responsabilités, chaque jour amène une dure réalité: le temps est limité. C’est généralement pourquoi les gens ont de la difficulté à se garder en santé.

J’ai calculé, chaque fois que je m’entraîne en jiu-jitsu brésilien, ça demande environ trois heures de mon temps. 25 minutes aller et retour, 1h30 d’entraînement, 10 minutes pour m’échauffer et socialiser avant, 10 minutes pour relaxer et me changer après, 10 minutes pour faire laver mes vêtements et prendre ma douche et des extras à gauche et à droite comme prendre des notes sur ce que j’ai appris. Si je m’entraîne 4 fois dans la semaine, ça me demande 12 heures. Je dois aussi manger plus* et dormir plus. Si j’avais 2 enfants, un cochon de compagnie et une équipe de soccer à coacher, c’est sûr que je n’aurais pas le temps de m’entraîner plus de 2-3 fois par semaine.

* Anecdote: dernièrement, je suis allé à la Cababe à sucre du Pied de Cochon. J’avais fait des réservations pour 24 personnes et une table de 10 s’est retrouvée à être composée de ma bande d’amis du jiu-jitsu et de Vincent, sa copine et une amie. Tous des gens actifs en excellente santé. D’habitude, à ce restaurant, il y a tellement de nourriture que les gens ramènent plusieurs plats de restes du repas. Cette table a été la seule à ne pas en ramener, même si elle était de loin la plus mince en moyenne. Morale: les gens actifs, ça mange.

Plusieurs personnes sont dans une situation de manque de temps avec leur santé. La priorité dans ce cas est d’identifier les efforts qui payent le plus. Autrement dit, trouver le 20% d’efforts qui nous amènent le 80% de résultats, le juste assez bon.

Applications en santé

Bonne nouvelle, le niveau « juste assez bon » est très facile à atteindre!

  • En nutrition, la majorité des résultats viennent d’éviter la nourriture transformée. Aller paléo est la cerise sur le gateau, mais quelqu’un qui mange des aliments naturels et mange un bout de pain fait maison et des lentilles de temps en temps va s’en tirer très bien quand même.
  • « Est-ce que c’est correct si les légumes que j’achète ne sont pas biologiques? ». Définitivement. Quelqu’un qui mange surtout de la viande, des fruits et des légumes non transformés fait le plus important. Bio c’est la cerise sur le sundae. Il faut en finir avec l’attitude « mes carottes ne sont pas bio, aussi bien laisser faire et acheter des biscuits ».
  • En entraînement, simplement aller au gym (ou juste bouger) est la partie la plus importante. Pas besoin de s’entraîner en suivant un programme bulgare avec des poids synthétiques désignés par la NASA.
  • Si j’apprends à cuisiner, me concentrer à faire des mijotés et des plats à la mijoteuse risque de payer nettement plus qu’apprendre à faire du sushi ou de la cuisine moléculaire.
  • Au gym, les exercices de base (squat, deadlift, pousser et tirer à la verticale et à l’horizontale) vont amener la majorité des résultats.
  • Quand on ne progresse plus, c’est souvent un détail qui coince. Se concentrer dessus va débloquer tout le reste. Par exemple, mes abdos étaient le maillon faible de mon corps. En me concentrant dessus pendant quelques mois, j’ai progressé beaucoup plus vite que si j’avais mis mes efforts ailleurs.
  • 20% des exercices que je fais amènent 80% des risques de blessure. À garder en tête si on se blesse souvent, ou si notre emploi nous demande d’être en bonne santé (je peux difficilement donner des cours de plein air avec un genou explosé).
  • Je vois un paquet de gens avec un surplus de poids se démener à augmenter leurs performances en course à pied. Changer leur alimentation et perdre le poids superflu risque d’amener de meilleurs gains que quelques années d’entraînement (selon le poids). Même chose pour ceux qui dépensent 2000$ de plus sur leur vélo pour qu’il pèse 2 livres de moins. C’est probablement moins cher de mieux manger et de perdre 10 livres de bedaine à la place!

Ça revient à mon principe d’efficacité par paresse: en identifiant les efforts de base, je peux mettre les efforts que je sauve sur autre chose. Et j’ai plus de résultats sans me forcer plus.

Ce n’est pas un appel à accepter d’être nul non plus, c’est plus d’accepter qu’il faut faire des compromis dans… pas mal tout. Je ne peux pas être le meilleur prof d’éduc ET le meilleur en jiu-jitsu ET le meilleur en investissement ET le meilleur joueur de guitare ET le meilleur père. En partant, maintenir mon niveau exceptionnel de sex-appeal est un défi quotidien.

Gens spécialisés

À noter que tout le monde a probablement avantage à être spécialisé dans un domaine et mettre les efforts de plus pour avoir plus de valeur. Par exemple, quelqu’un qui gagne sa vie en jouant de la musique a intérêt à être le meilleur musicien possible.

Avec les habitudes de vie, une partie des gens vont devoir faire les efforts d’extra pour aller chercher le 20% de performance qui manque. Si je veux gagner des compétitions de crossfit, je dois m’entraîner plus de fois dans la semaine, aller chercher des exercices d’agilité spécifiques, éviter la bière le samedi soir et acheter du bio plus souvent. Même chose pour les culturistes, les gens de fitness, les combattants, les athlètes d’élite, … Il est aussi probable que les gens avec des problèmes de santé aient à faire plus d’efforts que d’autres.

Quand même, même si je pousse plus dans un domaine, ça va quand même m’aider d’identifier les 20% cruciaux dans d’autres domaines de ma vie (gestion de l’argent, gestion de ses travaux scolaires, …) pour garder un bon niveau de base de fonctionnement. La carrière d’un musicien risque d’aller mieux s’il n’est pas toujours en train d’éviter la faillite, par exemple.

Conclusion

Quels sont les 20% de vos efforts qui amènent le plus de résultats? Quels sont les 20% de situations qui amènent 80% de vos problèmes? Je n’ai pas de conseils spécifiques pour chacun, mais je peux vous garantir que vous demander quels efforts dans votre vie vous amènent le plus de résultats positifs (ou de problèmes, on peut aussi trimer le négatif) va vous permettre d’optimiser votre temps et votre vie énormément.

Guillaume

Articles connexes

1 Comment

20 trucs paléo faciles et rapides pour bien commencer 2016 | Paléo Québec janvier 4, 2016 at 10:16

[…] et qui apportent un bénéfice! Guillaume a parlé il n’y a pas si longtemps de la règle de Pareto sur le 80-20 – des fois, 20% de votre effort apportent 80% du résultat souhaité. Voici donc […]

Reply

Leave a Comment