Habitudes de vie

Prendre 100% de responsabilité

posted by Paléo Québec novembre 10, 2015 1 Comment
responsabilité paléo québec


À cause de mon emploi, ou souvent tout court (le sujet m’intéresse après tout!), je me retrouve à parler de santé et d’habitudes de vie. Une classe complète de commentaires des gens qui n’arrivent pas à prendre en main leur santé peut être regroupé  sous le même slogan: « les choses sont comme ça ».

  • « J’ai été élevé/e comme ça/Je suis comme ça ».
  • « C’est comme ça de nos jours. »
  • « Je n’ai pas de talent en math/français/éducation physique/musique! »
  • Classique: « J’étais saoûl/e »

Je sais assez rapidement qu’à moins d’un gros événement dans leur vie, ils ne changeront jamais leurs habitudes. Pourquoi?

Parce qu’ils ne prennent pas de responsabilité pour eux-mêmes et leurs actions.

Être responsable

Prendre responsabilité pour soi dépend de deux choses:

  1. Je suis responsable de mes actions
  2. Je peux changer ma situation

Certaines personnes vont interpréter ça comme « tout est de ma faute », mais le vrai message ici est de croire que nous avons du contrôle sur nous-mêmes et ce qui nous entoure. Quand je comprends que j’ai du contrôle, je comprends que je peux changer.

Je ne nie pas que beaucoup de facteurs influencent nos vies, ou que certaines personnes ont plus de malchance que d’autres. Un enfant élevé sur les hot dogs et les pop tarts jusqu’à l’âge de 15 ans risque d’avoir pas mal plus de difficulté que la personne moyenne à manger sainement.

Il reste que si on se limite à penser que ce n’est qu’une question de circonstances… on peut aussi bien abandonner tout de suite. Pourquoi faire un effort quelconque, si tout n’est qu’une question de destin? Mieux vaut rester assis à manger des Cheetos que d’essayer de combattre les forces mystiques de l’univers. Si j’étais fait pour faire du sport, je serais né avec l’envie d’en faire.

Parlant de chance: la vraie façon de voir la chance et la malchance* est de se demander ce qu’on peut faire avec notre situation. Un astéroide tombe sur ma maison? J’en vends des morceaux sur Ebay.

* Une des lectures qui a le plus influencé comment j’organise ma vie est le livre « Great By Choice » (Excellents Par Choix), qui compare des compagnies qui ont fait la moyenne de leur secteur à des compagnies qui ont fait 10x mieux ou plus. Une de leurs découvertes est que le nombre d’événements chanceux/malchanceux était similaire entre les compagnies, mais que les compagnies exceptionnelles étaient mieux préparées à absorber des événements malchanceux, en plus de capitaliser plus sur les événements chanceux.

Effort vs Talent

Un des effets de croire que tout est une question de chance/destin/génétique se voit dans la façon dont les gens se développent à travers leur vie. Les gens qui croient que tout est une question de talent apprennent généralement moins bien à long terme parce que s’ils ont de la difficulté avec un problème, ils assument que c’est parce qu’ils sont nuls. « C’est comme ça, je suis poche en maths ». Chaque problème est une occasion de se faire rappeler qu’ils sont mauvais.

De leur côté, les gens qui croient que l’intelligence n’est pas fixe et qu’on peut la développer voient un problème comme une occasion d’apprendre plus et de devenir meilleurs. Chaque problème est une opportunité de devenir meilleur. Pensez à l’avantage que ça donne à travers une vie.

« Mon village a été brûlé, mes parents sont morts et je suis enchaîné à une roue infernale? Voilà une excellente occasion de devenir CONAN LE BARBARE! »

C’est un concept qui a énormément d’importance si vous avez des enfants, ou si vous enseignez. Si vous encouragez les jeunes à coup de « wow, tu es vraiment bon dans X/Y/Z, tu as du talent! », vous les orientez vers une vie où ils vont s’écraser devant les problèmes qu’ils rencontrent et vont chercher des situations qui les font bien paraître. Ceux qui sont encouragés avec « wow, tu es bon, tu as dû travailler très fort! » vont apprendre que l’important est de mettre des efforts. Ils vont mieux supporter les problèmes et vont chercher des situations où ils peuvent s’accomplir en bravant des défis.

Ma copine, qui est aussi artistique qu’on peut l’être, me racontait justement la frustration constante de se faire dire des commentaires comme « wow, tu dessines bien, j’aimerais avoir ton talent », parce que c’est comme se faire dire que ses efforts ne valent rien. Certains voient du talent pour le dessin, d’autres voient qu’elle est devenue bonne en dessinant à tous les jours depuis qu’elle a 5 ans.

Si on revient au concept de responsabilité, on voit que quand on croit que notre intelligence et nos capacités (et notre santé!) sont sous notre contrôle, notre développement à long terme est meilleur, et les problèmes deviennent des opportunités.

En application

Selon où les gens sont rendus, les trucs et exemples vont changer, donc pigez le nécessaire.

  • Identifiez les moments où vous cherchez des excuses pour justifier un problème qui vient d’une action que vous avez faite: « ce n’est pas de ma faute, j’ai mangé le beigne parce qu’un Sith m’a hypnotisé avec la Force! ». Le discours intérieur doit devenir « J’ai fait ça. Je l’assume ».
  • Comprenez que votre cerveau va chercher à régler vos insatisfactions. Vous pouvez soit compenser (exemple: je me plains!), soit régler les insatisfactions.
  • Identifiez les actions que vous pouvez poser pour changer la situation actuelle qui vous dérange. Qu’est-ce que je peux faire aujourd’hui? Qu’est-ce que je peux faire cette semaine?
  • Identifiez votre sphère de contrôle**. Quel choix est-ce que j’ai pour bouger plus? Pour manger mieux? Est-ce que je peux choisir les vêtements que je porte? En comprenant les limites de nos possibilités, on peut faire un choix plus éclairé.
  • Identifiez les actions que vous pouvez porter pour augmenter votre sphère de contrôle. Ça peut aller de parler à son patron pour avoir un horaire plus flexible, à mieux gérer son argent pour ne pas se faire contrôler par ses dettes, à apprendre à cuisiner pour avoir un plus grand choix de recettes à faire.
  • Quand vous vivez un échec, reformulez votre discours intérieur. Remplacez « je n’arrive pas à aller au gym, je manque de volonté » par « je n’arrive pas à aller au gym, je dois trouver un meilleur plan pour y arriver ». Les échecs viennent d’un manque de préparation, pas d’un défaut de personnalité inné.
  • Ça peut sembler intense, mais à long terme, cherchez à éviter les gens qui se plaignent tout le temps et ne règlent rien. Nous sommes des petites bêtes sociales, nos amis nous influencent.

** Le besoin de contrôle est présent chez tout le monde et ceux qui en manquent vont agir pour en retrouver, et pas toujours d’une façon saine. L’anorexie est un bon exemple de compensation: je n’ai pas de contrôle sur ma vie, mais je peux contrôler mon corps.

Conclusion

Accepter qu’on est responsable de nos choix et de nos actions risque d’être un choc pour certains, surtout avec un passé de mauvaises décisions et de mauvaises actions, ou quand on n’est pas satisfait de l’endroit où notre vie nous a mené. Après tout, il est généralement plus facile de trouver une excuse que de regarder les choses en face. Cependant, prendre 100% de responsabilité pour ses actions est le seul moyen pour évoluer.

Le vrai bon côté dans toute l’histoire est que même si on se retrouve responsable des gestes qui nous plaisent moins, on se retrouve aussi responsable des bons. Et ça donne envie de faire le plus grand nombre possible de bons gestes, pour soi et pour les autres, pour pouvoir se sentir comme une meilleure personne.

Guillaume

 

 

Articles connexes

1 Comment

5 trucs pour atteindre ses objectifs et éviter les échecs | Paléo Québec novembre 16, 2015 at 10:41 pm

[…] semaine passée, Guillaume a publié un excellent article intitulé “Prendre 100% de responsabilité“. Il expliquait qu’ultimement, nous sommes responsables de nos choix et qu’il est […]

Reply

Leave a Comment