Habitudes de vie

L’importance des petits pas constants

posted by Paléo Québec mars 23, 2016 0 comments

Bonne semaine à tous!

Une de mes tâches d’enseignant en éducation physique est de sensibiliser mes étudiants à adopter de saines habitudes de vie. Un truc que j’ai développé pour le faire est de demander aux élèves de se fixer un micro-objectif chaque semaine, avec un moyen concret pour l’atteindre. Si ça fonctionne, ils peuvent construire dessus et augmenter leur objectif la semaine suivante ou choisir un micro-objectif dans un autre « secteur » (passer de sommeil à alimentation, par exemple). Si ça ne fonctionne pas, ils peuvent réduire l’ampleur de leur micro-objectif, ou choisir un nouveau moyen concret de l’atteindre. Je crois que le concept fonctionne bien, mais honnêtement il est toujours difficile de savoir si les étudiants sont francs ou non quand ils disent qu’ils ont changé des choses.

Great by Choice

Le concept est basé sur une lecture que j’ai faite il y a quelques années et qui a radicalement changé comment j’organisais tout ce que je fais: le livre « Great by Choice » (Excellent par Choix). Le livre est basé sur une étude comparant des paires de compagnies dans divers domaines: une ayant fait 10x mieux ou plus que la moyenne et une compagnie moyenne. Le but final étant de voir ce qui fait que les compagnies exceptionnelles sont si spéciales.

Les éléments qui m’ont le plus marqué sont les suivants:

  • Pas la chance. Les épisodes chanceux ou malchanceux ont été analysés entre les compagnies et le résultat était pas mal clair: c’était kif-kif. La différence étant que les compagnies exceptionnelles capitalisaient nettement mieux sur les événements chanceux. Pensez aux gens qui gagnent à la loto: certains dépensent tout aussi qu’ils le peuvent et se retrouvent cassés, d’autres payent leurs dettes et investissent le reste. Même chance, résultats complètement différents.
  • Plein d’essais. Les compagnies exceptionnelles essayaient systématiquement plus de choses que les autres et mettaient seulement des efforts dans celles qui semblaient prometteuses. S’abonner pour un an au premier gym qu’on voit parce qu’on se sent coupable d’avoir abusé sur les biscuits de Noël ne semble soudain plus une si bonne stratégie!
  • Petits efforts constants. Le plus important. On doit avancer, mais si on vise trop haut trop vite, on se brûle. On prend un cap et on le garde. Mauvaise journée? Garde le cap. Bonne journée? Garde le cap.

Amundsen vs Scott

Une des histoires les plus marquantes du livre est celle comparant les expéditions de Scott et Amundsen, deux explorateurs en quête du Pôle Sud. Malgré la similarité du projet et seulement 11 jours de différence entre le départ des deux équipes, les résultats finaux ont été complètement différents.

Deux aspects cruciaux différenciaient les deux explorateurs:

  • L’idéalisme: Toute l’organisation d’Amundsen était basée sur des nécessités pratiques. Le mot d’ordre était « simple et efficace ». Scott, de son côté, voulait paraître beau pour la presse, utiliser les derniers gadgets sur le marché et planifiait comme si la gloire de son expédition allait le protéger des problèmes. Amundsen avait des chiens de traineau, parce qu’il avait remarqué avec quelle efficacité les Inuits s’en servaient. Scott était un hipster avait des poneys et des traineaux à moteur (ski-doos modèles de 1910!). Amundsen avait placé des caches de nourriture très faciles à trouver, avec assez de nourriture pour trois expéditions. Scott, étant très optimiste sur la progression et faisant quelques oublis, manquait systématiquement de calories dans ses ravitaillements. Amundsen avait des peaux d’animaux pour se vêtir, Scott avait des vêtements plus modernes. Les changements sont nombreux, mais le combat était toujours similaire: efficace vs flashy.
  • La cadence. Scott était motivé par l’image et la passion. Il fait beau? On pousse! Courage, la vie est un combat! On fait 100 kilomètres aujourd’hui! Amundsen, toujours pratique, voulait éviter que ses hommes ne se fatiguent trop. Objectif: 30 kilomètres par jour. Tempête? On fait 30 kilomètres quand même. Il fait beau? On fait 30 kilomètres. Fatigué? 30 kilomètres. En pleine forme? 30 kilomètres. Si ça prend deux heures à la place de huit, fais une sieste et va jouer avec les chiens de traineau.

scott antarctic expedition ponies for hauling sleds

Les poneys polaires de Scott!

Résultats

La différence entre les résultats a été aussi spectaculaire que possible:

  • Amundsen: arrivée au Pôle Sud 34 jours avant Scott. Les hommes se reposent 16 heures par jour et prennent du poids pendant l’expédition. Réussite totale.
  • Scott: arrivée au Pôle Sud périlleuse. Les hommes se plaignent du froid et de l’épuisement. L’expédition ne revient jamais et les explorateurs meurent à 20 kilomètres d’un dépôt de nourriture d’une tonne.

Les conditions météo étaient semblables. Le départ était presque en même temps. L’objectif était le même. Pourtant, une approche a eu nettement plus de succès que l’autre (difficile d’avoir plus de succès que « mon adversaire est mort! »). Le passage clé pour moi reste la cadence. Les hommes de Scott s’épuisaient pendant les journées faciles et s’épuisaient encore plus dans les journées difficiles. Après un moment, la fatigue accumulée faisait que même les journées « normales et faciles » d’Amundsen étaient impossibles à suivre. Je l’ai vu souvent en entraînement: « si je m’entraîne plus je progresse plus vite! 8x par semaine au gym, comme les pros! ». Après 6 mois ils disparaissent, trop blessés pour marcher et blasés complètement.

Forrest Griffin (ancien champion de MMA dans la UFC), en réponse à la question « quel est le secret des gens qui deviennent bons en jiu-jitsu, selon vous? »

 » Je ne sais pas trop, mais j’ai remarqué que ceux qui viennent 3 fois par semaine pendant 10 ans deviennent bons! »

Applications aux changements d’habitudes de vie

  • Viser petit. Non, plus petit encore. Dans leur cahier, pas mal tous mes étudiants visent trop gros. Je ne dors pas assez? Pour la prochaine semaine, je vais me coucher avant 22 heures, à tous les soirs! Je corrige en leur disant d’essayer de se coucher 15 minutes plus tôt, un soir dans la semaine seulement. Quand j’ai des fumeurs, la formule est simple: une cigarette de moins dans la semaine. Quelqu’un qui fume 3 cigarettes par jour (21/semaine) va arrêter de fumer en 5 mois, sans s’en rendre compte tellement la transition est douce.
  • Trop facile à atteindre. Manger UN fruit de plus dans la semaine. Aller UNE fois au gym. Acheter UN nouvel aliment ce mois-ci. On choisit des objectifs tellement faciles qu’on peut les atteindre même dans les pires conditions. L’intérêt principal est d’arrêter de vivre systématiquement des échecs. Quelqu’un qui veut aller au gym 5 fois par semaine et qui n’y va que 4 fois va se sentir nul et lâche, même si aller au gym 4 fois est une réussite incroyable! Mieux vaut maintenir une cadence de 2-3x par semaine pendant 10 ans qu’arrêter après 6 mois remplis d’émotions négatives et de frustration.
  • Des objectifs basés sur des actions, pas des résultats. Les résultats sont changeants. Ils peuvent prendre plus longtemps que prévu. Et ce n’est pas grave. L’important est que je porte les actions pour arriver où je veux. J’arriverai quand j’arriverai. Comme dans l’exemple en haut, on veut casser la série ininterrompue d’échecs. C’est la différence entre « Je voulais perdre 10kg cette année, mais j’en ai perdus 7. J’ai échoué! » et « Je voulais aller 2x par semaine au gym toute l’année et j’ai réussi à perdre 7kg! ».  7kg perdus est un super succès. Je n’ai pratiquement plus jamais de regrets depuis que je me force à me concentrer sur et à faire les actions importantes. Si j’ai fait tout ce que je pouvais et que le résultat n’est pas comme je veux, tant pis, c’était hors de mon contrôle! Je suis en paix avec la réalité.
  • Patience. Réorganiser les neurones du cerveau pour qu’ils soient à l’aise avec nos nouvelles habitudes de vie peut prendre plusieurs mois, voire années. Même chose pour le corps, où la préparation des os et des aticulations peut prendre plusieurs années pour les gens qui veulent faire des mouvements spectaculaires ou des performances extrêmes. « Je mange bien depuis 2 semaines et j’ai encore 50 kilos en trop. Je commence déjà à paniquer? » Non, on garde le cap et on patiente!
  • Des moyens qui fonctionnent. Je trouve toujours marrant que les gens pensent que marquer « je vais me motiver! » est un moyen d’atteindre un but. TOUT LE MONDE est motivé à être en santé, riche, populaire et beau. Je garantis que Scott et ses explorateurs étaient très motivés à ne pas mourir de faim. Le manque de motivation n’est clairement pas le facteur qui change les choses. L’organisation change les choses. Si j’ai échoué à atteindre mon objectif (assumant qu’il est réaliste), c’est que mon organisation n’était pas bonne. Je ne suis pas une mauvaise personne pas assez motivée, j’ai simplement à corriger mon organisation.
  • Récompenser futur moi. Quand je ne sais pas par où commencer, je me demande quelles actions je regrette ne pas avoir prises dans le passé qui me seraient utiles maintenant et je les applique. Tout ce que je peux faire maintenant est le résultat des apprentissages de mon passé. Si je veux une vie exceptionnelle dans 5-10+ années, je dois prendre les bonnes actions maintenant.
  • Essayer tout ce qu’on peut (activité physique). J’adore le dicton « abandonne tout ce que tu fais jusqu’à ce que tu tombes sur quelque chose que tu ne veux pas abandonner! ». J’ai au moins 3 nouveaux projets de vie débiles par mois. Je commence les démarches initiales, je vois où les choses vont, et au pire, je passe à autre chose. Avec le temps, certaines chosent restent et les activités magiques s’accumulent. « Je veux bouger, mais je n’aime pas aller au gym, je fais quoi? ». C’est une blague? Tu fais du yoga. Du patin de vitesse. Du golf. Du skate-board. De la randonnée. Tu essaies une nouvelle activité par semaine pendant 6 mois et tu choisis la plus amusante.

Conclusion

Petits. Efforts. Constants. C’est tout ce que ça prend!

Guillaume

 

 

 

 

Articles connexes

Leave a Comment