Habitudes de vie

Rétrospective 2017: la douche froide

posted by Paléo Québec décembre 13, 2017 0 comments
chat douche froide rétrospective 2017 paléo québec


Rétrospective 2017! J’adhère beaucoup à la philosophie « petits pas constants » pour progresser dans la vie et, comme à chaque année, j’ai fait des tests et j’ai fait plusieurs petits changements à mes habitudes de vie.

Transition vers le bio

Depuis quelques mois j’ai enfin la chance d’avoir une vie un peu plus stable avec la copine, ce qui nous a permis de nous inscrire à des paniers bios. Ça coche plusieurs cases d’un coup: c’est local, c’est bio et ça nous amène le défi de gérer les légumes saisonniers (entre autres, on a découvert les joies du céleri-rave). Nous avons aussi tranquillement remplacé certains petits produits par des versions bio ou sans pesticides: épices, beurre, oeufs (du Costco!), fruits congelés et viande de plus en plus.

Bonus: en achetant plus fréquemment au Costco et en visant les produits en rabais, la transition s’est faite sans nous coûter beaucoup plus cher que d’habitude.

Douches froides

Un de mes grands combats dans les dernières années a été contre les douches froides. Elles ont tout pour elles: elles réveillent le matin, aident à remonter le moral (à court terme du moins) et coûtent moins cher en électricité. Gros bonus pour moi: elles entraînent la résilience émotionnelle, le stoïcisme quotidien que je cherche à encourager. J’ai essayé à plusieurs reprises, mais à chaque fois ça a planté après 3 ou 4 jours. C’est facile quand on se réveille en forme pendant une journée de congé, mais aussitôt qu’on manque de sommeil et qu’on a une journée difficile à affronter, ça prend le bord. Jusqu’à juillet 2017 dans mon cas.

L’été dernier, j’ai pris une semaine de vacances en Gaspésie avec la copine. Un des plans était de nager avec des phoques dans le Parc Forillon. Voici ma belle tête de vainqueur, pas mal fatigué après une plongée en apnée de 3 heures.

paléo québec douche froide apnée 2017

Eaux transparentes, du vert/mauve/orange/rouge à profusion, des nuages de krill, des homards multicolores, des crabes mauves, des phoques communs et des phoques gris (+- 300kg pour celui que j’ai vu).

Un des gros défis de l’apnée dans ce coin du Québec est la température de l’eau: 15 degrés Celsius (60F) et souvent plus bas avec les courants marins. Impossible de tenir plus que 10-15 minutes sans wetsuit de 7mm, un casque et des gants. Et même avec le bon équipement, le froid est constant. Le dernier matin, nous avons descendu une partie de la rivière Bonaventure (claire comme du cristal!) en apnée pour voir des saumons. S’habiller avec un wetsuit mouillé à 6 heures du matin quand il fait 8 degrés dehors et que l’eau est à 12 degrés Celsius, ça fait mal à l’âme un peu.

Après une semaine à patauger presque quotidiennement dans des eaux super froides, je me suis habitué à l’inconfort et j’ai décidé de continuer la séquence en revenant chez moi. Quelques mois plus tard, j’ai réussi à la maintenir. À chaque matin je regrette ma décision et à chaque matin je suis content de le faire, le contraste est intéressant. Je continue à le faire parce que ça a augmenté ma résistance au froid (pratique vu que la saison de vélo d’hiver commence) et que je suis plus résistant aux rhumes qu’avant.

Entraînement

Côté entraînement, je continue le bon vieux jiu-jitsu brésilien. Je maintiens un entraînement de mobilité autour pour réduire les blessures et graduellement augmenter ma mobilité (généralement 10-15 minutes avant ou après les cours de jiu-jitsu, rien de trop gros). J’avais deux gros défis dans les derniers mois: atteindre un bon pancake stretch et réduire ma lordose chronique.

Pancake stretch: un classique de gymnastique. Je l’ai choisi un peu au hasard et parce qu’il me tentait plus que d’autres mouvements. Après environ 5 mois d’efforts je suis arrivé à le tenir sans trop d’efforts l’été dernier.

paléo québec douche froide apnée 2017

Un pancake stretch meilleur que le mien (mais je ne suis pas loin).

Hollow body hold: un autre exercice de base de gymnastique. Depuis quelques années j’ai une lordose chronique qui m’amène souvent des tensions dans le bas du dos. Elle est d’ailleurs très visible dans le vieux vidéo Youtube sur les push-ups que nous avions filmé pour le blogue.

Je soupçonne que j’ai manqué quelques étapes clé dans le développement moteur des abdominaux quand j’étais plus jeune. Quand j’ai commencé à lever des poids plus sérieusement à l’université, mon bas de dos a pris la place des abdominaux pour stabiliser mon abdomen, ce qui a mené à un sérieux déséquilibre musculaire. Au pic de mon entraînement en powerlifting, j’avais de la difficulté à rester couché sur le dos parce que mon bas de dos faisait trop mal.

J’ai cherché plusieurs façons de régler le problème à travers les années, mais je n’avais pas encore réussi à stabiliser le centre de mon corps sans compenser avec le bas du dos. Depuis quelques mois, j’ai découvert le hollow body hold, un exercice de base de gymnastique qui était exactement ce qui manquait à mon entraînement.

paléo québec douche froide apnée 2017

Si majestueux!

La progression est simple (on commence en boule et on s’étend) et le concept de base est simple: garde ton bas de dos au sol. Ça réapprend aux abdominaux à se contracter correctement et on ne peut pas manquer son coup. Si je recommençais à entraîner des gens dans un gym, le hollow body hold serait dans chaque programme d’entraînement.

Arts et mouvement

Une des facettes de mon développement personnel qui ne s’est pas assez développée dans les dernières années est mon côté artistique. J’ai essayé quelques leçons de guitare à travers les années, mais je n’ai pas été accroché. Cet été je me suis lancé sur les poïs, un type de jonglerie avec des cordes lestées avec un objet au bout. En ce moment j’utilise des poïs maison fabriqués avec des bas, mais éventuellement, on peut passer à des poïs en feu.

Poï douche paléo québec jedi

Si j’atteins le rang de jedi un jour ça va ressembler à ça

Je viens aussi (tout juste) de me lancer sur les percussions et de prendre quelques cours de djembé (tambour africain). Comme c’est très physique, ça semble être naturellement plus proche de ce que je fais au quotidien que la guitare.

Avec le combo poïs et djembé je cherche des nouveaux défis pour mon cerveau, de nouvelles façons de relaxer en étant dans la zone (du mouvement zen!) et des outils pour me remettre en place au niveau émotionnel. Le cerveau humain semble avoir une affinité pour les rythmes et je ne serais pas surpris que de futures études montrent leurs bienfaits pour recalibrer le système nerveux central.

Actions environnementales

Une des plus grandes causes de mortalité en 2017 était la pollution de l’environnement (5.5 millions de morts annuellement sur la planète à cause de la pollution de l’air à elle seule). Le Canada a la chance d’avoir des espaces verts gigantesques et une faible densité de population, ce qui limite notre exposition à beaucoup de polluants. Nous ne sommes quand même pas dans une bulle à part et les problèmes du reste de la planète vont nous affecter un jour ou l’autre. Je considère donc que c’est un investissement pour ma santé future (et celle de tout le monde, mes futurs enfants inclus) de poser des gestes pour améliorer l’environnement.

2017 n’était pas ma plus grosse année, mais j’ai continué mes petits gestes constants:

  • PGGR. Petits gestes grands résultats. Je ramasse quotidiennement au moins 2 objets recyclables par jour, souvent beaucoup plus. De temps en temps je fais un effort d’extra et je prends quelques heures pour nettoyer un coin de boisé ou le fond d’un lac en apnée. Rien d’énorme, mais ça parait dans mon environnement immédiat. Je prends aussi le temps de le faire quand je suis avec des étudiants, question de montrer l’exemple. Pour les intéressés: François et Sébastien de PGGR sont passés à notre podcast.
  • Action St-François. Un organisme de la région de Sherbrooke voué à la conservation de la rivière Saint-François. Je n’ai fait que deux maigres dons cette année, mais plus sont à venir. Un ami de la région mentionnait que quand il était jeune et jouait près de la rivière (années 90), il ne voyait jamais rien de vivant à cause de la pollution. Un gros contraste avec 2017 où on voit un paquet d’animaux autour de la rivière. C’est grâce aux efforts d’organisations locales comme Action Saint-François que des changements similaire ont été possibles à la grandeur du Québec, ils méritent mon support.
  • Eden Reforestation Projects. Ma charité favorite sur la planète. Ils utilisent les dons pour engager des gens dans des régions défavorisées touchées par la déforestation pour planter des arbres. Ça recrée une économie locale et ça recrée des écosystèmes. Je ne donne pas autant que je voudrais, mais mon don mensuel est assez pour faire planter 800-1000 arbres par année, ce qui est un effet de levier incroyable.

Prévisions 2018

  • En plus de mon classique jiu-jitsu, je vais travailler sur une split avant complète. Vincent a réussi à en faire une dernièrement, il faut que je l’aide à garder son ego à une taille raisonnable.
  • Plus de percussions et de poïs. J’ai une idée du niveau que je veux atteindre et je suis encore loin, ça va prendre de la pratique!
  • M’impliquer pour que le cégep prenne une position contre les bouteilles d’eau en plastique (et peut-être les contenants jetables en général). J’ai commencé à récupérer les bouteilles d’eau réutilisables dans les objets perdus pour les donner aux étudiants, mais l’effet est mince. Le retour sur investissement d’une politique anti-bouteilles au cégep serait nettement meilleur.
  • Pour le reste, on verra où le futur m’amène!

Guillaume

Articles connexes

Leave a Comment