Habitudes de vie

Qu’est-ce que Batman ferait?

posted by Paléo Québec février 24, 2019 0 comments

La difficulté de faire les bons choix est un des thèmes les plus fréquents en santé. « Mon divan et les chips ont gagné haha ». Dans la quête scientifique pour amener les gens à prendre des décisions de vie plus saines, un angle a été étudié: qu’est-ce qui arrive si on demande aux gens de prendre la perspective d’une tierce personne avant de faire un choix?

Plus précisément, on a aussi voulu voir l’effet de cette perspective extérieure sur des jeunes enfants. Pour les accrocher, « tierce personne » a été remplacée par « Batman », d’où le titre de l’article.

Qu’est-ce que Batman ferait?

Un exemple d’étude avec des enfants de 6 ans: ils doivent faire une tâche relativement ennuyante et répétitive pendant 10 minutes, mais peuvent prendre des pauses pour jouer à un jeu vidéo très divertissant. Les enfants qui se font dire de se demander « qu’est-ce que Batman ferait? » travaillent plus et jouent moins aux jeux vidéos que les enfants qui laissés à leur propre perspective, parce que tout le monde sait que Batman étudie fort!

batman jiu-jitsu paléo québec

Batman fait aussi du jiu-jitsu

L’approche fonctionne bien parce qu’un des défis humains (à tous les âges) est de séparer de ses émotions du moment les buts qu’on veut accomplir. Je le mentionne souvent à mes étudiants pendant les expéditions de plein air: d’un instant à l’autre les émotions varient beaucoup, du positif au négatif, mais à la fin de la journée, on se retrouve avec un sentiment profond d’accomplissement.

Prochaine étape: Batman c’est beau pour les enfants, mais pour les adultes et les fans de Marvel, j’ai une autre proposition.

Le rugby entre en jeu

Une de mes peurs de jeunesse était les sports de contact. Je me faisais inviter à des parties amicales de football et je refusais parce que j’étais mal à l’aise et que j’avais peur (et, qu’honnêtement, jouer au football m’ennuie plus que regarder de la peinture sécher). Rendu à l’université, je me suis dit qu’il était inacceptable que je continue à vivre dans la peur de quelque chose qui était si naturel pour tant d’autres personnes.

Pour résoudre le problème, je me suis demandé « qu’est-ce qu’une personne qui n’a pas peur des sports avec contacts physiques ferait? » et je me suis inscrit dans l’équipe de rugby de l’université. Même si j’ai généralement été un joueur assez mauvais, et que je n’ai pas toujours apprécié les pratiques à 6 heures du matin, j’ai cassé la glace et ça m’a éventuellement mené au jiu-jitsu brésilien. Honnêtement, même après 8 ans, c’est un sport qui me stresse encore énormément, mais je sais que le pratiquer me mène à devenir la personne que je veux être.

Qu’est-ce que la personne que je veux être ferait?

En rétrospective, la question que je me suis posée a fonctionné pour deux raisons principales:

  • Elle était centrée sur l’action. Il est assez facile d’inventer des scénarios où on devient une personne X-Y-Z, mais on oublie souvent que nos actions quotidiennes sont celles qui nous font changer. Pour être une certaine personne dans 5 ans, je dois faire les mêmes gestes qu’elle dès maintenant.
  • Comme dans l’exemple de Batman plus haut, elle me donne la perspective d’une tierce personne. Elle me permet de me sortir temporairement de mes pensées anxieuses et de mes peurs et d’agir pour être fier de moi-même à la fin de la journée.

Au niveau personnel, j’ai aussi remarqué que je sais souvent exactement ce que je devrais faire (étudier, quoi acheter à l’épicerie, quoi faire de ma journée, quoi faire pour me sentir mieux, …), mais qu’une partie de moi va s’arranger pour que j’évite de le faire. Mieux encore, elle va m’inventer une justification pour que je me sente bien avec mon inaction. Quand je prends la perspective de futur moi qui est content d’où il est rendu, j’ai automatiquement plus de facilité à agir en faisant abstraction de mes réticences du moment.

Au quotidien, en attendant de passer à la caisse à l’épicerie, prenez le temps de regarder le paquet d’aliments que vous allez acheter. Est-ce que la meilleure personne que vous puissiez être, l’exemple que vous voulez être pour vos enfants, la personne que vous voulez regarder dans les yeux dans le miroir, achèterait ces mêmes aliments? Ça va peut-être aider pour ramener le sac de chips sur l’étagère et prendre un sac de légumes de plus.

Thème parallèle: santé et responsabilité

Un parallèle au concept de Batman qui me trotte en tête depuis un moment est le lien entre santé et responsabilité. Ma conception d’être un adulte est assez simple et directe: je dois faire ce qui doit être fait. À chaque jour, je me donne la responsabilité de faire de mon mieux pour grandir comme personne et être une influence positive dans le monde. Ça ne fonctionne pas toujours, de temps en temps je fais une erreur, j’ai des angles morts, mais je fais l’effort de me coucher chaque soir épuisé de mes efforts quotidiens.

Dans cette optique, bien manger, bouger et prendre soin de ma santé ne sont pas vraiment des choix, mais des obligations. Je n’arriverais pas à me respecter comme homme si je faisais constamment des choix d’enfants, comme n’avoir aucune discipline alimentaire ou physique. Bien manger, c’est comme faire la vaisselle. Que j’en aie envie ou pas, ça doit être fait. Comme dirait notre bon vieux Georges St-Pierre, j’essaie de suivre la voie du samouraï.

batman ninja paléo québec

Vaisselle sale, tu ne triompheras point!

Conclusion

Trouver une référence externe pour mettre en perspective vos choix risque de vous aiguiller dans la bonne direction, particulièrement pour les journées où la motivation n’est pas au rendez-vous. Que ce soit Batman, futur vous, idéal vous, ou même votre mère, prenez un point de repère pour évaluer vos actions d’un point de vue moins personnel, vos actions seront meilleures pour vous!

Guillaume

Articles connexes

Leave a Comment